Bien au chaud dans l’Igloft

À peine amorcée, la période de test s’annonce déjà concluante pour le projet de la coopérative Désert de glace. Les premières nuits passées dans l’Igloft se sont faites bien au chaud. Le concept novateur basé sur les glaces à Saint-Gédéon est déjà prisé par la clientèle touristique européenne.

Les derniers jours qui ont frôlé des records de froid ont permis de tester l’hébergement qui se retrouve à proximité de l’Auberge des Îles, à Saint-Gédéon.

Avec l’Igloft, les clients se retrouvent dans ce qui s’apparente à un désert blanc. Un désert facilement accessible puisque le dépaysement se fait à moins de 800 mètres de la rive. C’est l’effet escompté, selon Hugues Ouellet, d’Equinox Aventure, qui exploite le concept, car les gens réservent dans le but de sortir de la routine. Jusqu’à présent, environ 60 % des réservations sont faites par des Québécois et le reste par des Européens.

Hugues Ouellet, d’Equinox Aventure, qui exploite le concept, souligne que tout est mis en place pour que les gens n’aient rien à faire et qu’ils vivent une belle expérience.

Les promoteurs espéraient une vingtaine de nuitées pour l’hiver en cours afin de tester au maximum leur offre touristique inusitée. M. Ouellet ne s’en cache pas, la tolérance face aux conditions et aux équipements est variable d’une personne à l’autre. Ainsi, les commentaires découlant de chacune des nuitées permettent d’améliorer le produit qui figure parmi les offres d’hébergement insolites. L’expérience ne leur est pas inconnue alors qu’ils ont, au cours des dernières années, travaillé à un projet similaire, l’Iloft.

L’hébergement insolite, qui se retrouve à mi-chemin entre le dôme et le concept très en vogue de mini-maison, offre toutes les commodités nécessaires à un séjour de plusieurs heures. Un coin cuisine, une salle de bain et un espace pour y dormir cohabitent dans la construction design. Le chauffage, l’éclairage et l’eau courante font même partie de l’offre.

Accès facile

À leur arrivée, les clients reçoivent une trousse de départ contenant tous les essentiels pour la nuitée sur les glaces du lac Saint-Jean. Au terme d’une rencontre explicative d’une demi-heure, ils enfilent des raquettes afin de se rendre à l’hébergement situé à moins d’un kilomètre. Un traîneau leur permettra d’apporter leurs provisions ainsi que leur équipement sur un parcours accessible à tous.

L’hébergement insolite, qui se retrouve à mi-chemin entre le dôme et le concept très en vogue de mini-maison, offre toutes les commodités nécessaires à un séjour de plusieurs heures. Un coin cuisine, une salle de bain et un espace pour y dormir cohabitent dans la construction design. Le chauffage, l’éclairage et l’eau courante font même partie de l’offre. « Nous voulons que les personnes qui séjournent ici n’aient rien à faire. Toutefois, il y a toujours une solution si un problème se présente. On offre toujours un plan B », explique M. Ouellet. Il souligne, entre autres choses, les deux types de chauffage ainsi que la pompe à eau manuelle qui est disponible en cas de besoin. « L’objectif, c’est de recréer l’expérience de dormir dans un tel décor, mais dans des conditions d’hôtel », ajoute-t-il.

Les occupants peuvent profiter du décor hivernal grâce à la fenestration qui se retrouve sur trois côtés de la construction faite d’aluminium. Un dôme permet également d’admirer le spectacle du ciel.

Pôle d’activités

La clientèle touristique n’est pas comparable entre l’été et l’hiver. Les entreprises de la région doivent trimer dur afin d’attirer des touristes au Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Faut vraiment se démarquer. Il faut ajouter des activités distinctives. La motoneige sur le lac Saint-Jean et l’Igloft en font partie », explique M. Ouellet.

Le projet final de la coopérative Désert de glace devrait comprendre un total de sept Iglofts. Ceux-ci seraient espacés à travers les différentes îles du secteur. Pour y parvenir, la coopérative a notamment reçu, en décembre dernier, une aide financière de 327 400 $ de la part du gouvernement du Québec,

Cette nouvelle offre n’est pas la dernière des promoteurs qui désirent créer un pôle d’activités. La pêche blanche et l’interprétation des glaces risquent de s’ajouter à l’hébergement nouvellement installé.

Par ailleurs, une collaboration avec la Sépaq (Société des établissements de plein air du Québec) permettra de tester une version estivale de l’Igloft à proximité de l’île Connelly. Un transport par bateau-taxi permettrait d’y accéder.