Éric Michaud a été condamné à cinq ans et six mois de prison pour avoir commis des voies de fait graves envers un bébé de 15 mois.
Éric Michaud a été condamné à cinq ans et six mois de prison pour avoir commis des voies de fait graves envers un bébé de 15 mois.

Bébé brûlé avec une friteuse: une sentence de cinq ans de prison pour Éric Michaud

SHAWINIGAN — Éric Michaud a été condamné à une peine de cinq ans et demi de pénitencier pour avoir infligé des voies de fait graves à un bébé de 15 mois en lui plongeant les mains dans l’huile encore chaude d’une friteuse. 

Le juge Étienne Parent a en effet conclu que la gravité du crime, les blessures, souffrances et séquelles infligées à l’enfant, le lourd passé judiciaire de l’accusé et le fait qu’il ait tenté de dissimuler ses gestes militent en faveur d’une peine axée sur les critères de dénonciation et de dissuasion, surtout en tenant compte du bas âge de la victime. «Il est important que le message selon lequel la société ne tolère pas des gestes violents posés contre un enfant, particulièrement lorsqu’ils sont aussi odieux que ceux commis par l’accusé, soit clairement affirmé. Cela rejoint l’objectif de dénonciation. En outre, l’imposition d’une peine se situant près de la limite supérieure de la fourchette de six ans apparaît appropriée. Les antécédents judiciaires de l’accusé démontrent qu’une telle peine l’amènera peut-être, il faut l’espérer, à changer ses comportements violents», a-t-il déclaré jeudi matin. 

Toutefois, en tenant compte de la détention préventive d’Éric Michaud depuis son arrestation en novembre 2017, il lui reste donc 25 mois et 20 jours à purger dans un pénitencier. Il lui sera également interdit d’avoir des armes à feu pendant dix ans à sa sortie de prison. Dans le cadre de cette audience virtuelle, il n’a pas été possible de voir ou d’entendre clairement sa réaction à l’annonce de la sentence. Éric Michaud était filmé dans un local de la prison de Sorel où il est présentement incarcéré. 

Rappelons que le 29 juillet 2017, il s’est retrouvé momentanément seul avec deux enfants après un souper avec des convives. Pendant que sa conjointe Cynthia Dauphinais se trouvait à l’extérieur de la résidence en train de discuter au téléphone, Éric Michaud aurait plongé les mains d’une fillette de 15 mois dans l’huile encore chaude de la friteuse ayant servi au repas. Le motif n’a jamais été établi.

Dans le cadre d’un procès devant jury, des experts avaient parlé d’un cas classique de brûlures par immersion et non de brûlures qui auraient été causées par l’écoulement d’un liquide chaud, compte tenu de l’absence de marques d’éclaboussures et la présence de lignes franches de démarcation.

La Défense, représentée par Me Pénélope Provencher et Me Marie-Laurence Spain, avait pour sa part soutenu que le bébé s’était brûlé accidentellement les mains dans l’eau chaude du bain dont la température avait été mal évaluée. 

Puis, le 13 mars dernier, Éric Michaud avait été reconnu coupable de voies de fait graves par les 12 jurés. La procureure de la Couronne, Me Émilie Goulet, avait alors réclamé une peine de sept ans de prison. La défense avait plutôt suggéré 42 mois.

Dans sa décision, le juge a clairement tenu compte des blessures subies par l’enfant, des douleurs atroces auxquelles elle a été confrontée pendant plusieurs mois et des séquelles avec lesquelles elle devra vivre toute sa vie. D’autres greffes de peau et des problèmes de motricité sont envisagés. «La preuve a démontré qu’elle aura des séquelles visibles de l’agression. Cela est sans compter les terribles souffrances qu’elle a dû supporter pendant plus d’une année à la suite des événements. Les témoignages des experts selon lesquels les brûlures sont parmi les blessures les plus douloureuses que puisse supporter l’être humain sont éloquents. Ceci est particulièrement vrai pour les brûlures au deuxième degré profond qui causent plus de douleurs que celles au troisième degré puisque ces dernières ont détruit les terminaisons nerveuses», a ajouté le juge. 

Certes, Éric Michaud a donné du Tempra pour calmer la douleur de l’enfant et a réclamé à grands cris l’arrivée en urgence d’une ambulance lors d’un appel logé au 911 par une tierce personne mais, pour le juge, cela ne fait pas contrepoids sur les circonstances aggravantes du crime, surtout qu’il ne pouvait ignorer la nature des blessures résultant de l’immersion dans l’huile chaude d’une friteuse. 

Le juge a aussi retenu que l’accusé avait tenté d’induire en erreur les autorités sur sa responsabilité et qu’il avait élaboré un scénario pour dissimuler son crime, ce qui augmente son degré de responsabilité morale. Enfin, son lourd passé judiciaire en matière de violence, ses bris de condition et de probation et les peines de prison purgées dans le passé n’ont pas de quoi rassurer le tribunal sur le risque de récidive. 

Me Goulet s’est dite satisfaite de la décision du juge Parent. Même si ce n’est pas le quantum demandé, elle considère que cette peine n’est pas clémente et tient compte des conséquences dramatiques pour l’enfant et des circonstances aggravantes. 

Rappelons d’autre part que Me Pénélope Provencher a porté en appel le verdict de culpabilité rendu contre Éric Michaud. Interrogée à ce sujet, elle soutient que le dossier suit son cours normal. Présentement, elle est toujours en attente des notes sténographiques. 

Quant au dossier de Cynthia Dauphinais, qui est accusée d’avoir omis de fournir les choses nécessaires à l’existence d’un enfant, de complicité après le fait pour les voies de fait graves et d’entrave à la justice, il a été reporté au 8 juin. Les discussions entre les parties se poursuivent pour décider de la suite des choses.