L'attaquant Anthony Beauvillier

Beauvillier veut montrer que l’an dernier n’était pas un coup de chance

Comme ses coéquipiers des Islanders de New York, l’attaquant Anthony Beauvillier est déterminé à prouver cette année que la saison 2018-2019, où l’équipe a surpris tout le monde avec une cinquième position au classement général de la LNH, n’était pas qu’un coup de chance.

Après deux saisons à l’écart des séries, peu de gens voyaient en effet les New-yorkais se qualifier pour les séries à la même date l’an dernier, encore moins remporter 48 victoires, récolter 103 points et éliminer les Penguins de Pittsburgh en quatre matchs en première ronde.

«Oui, on est conscient que l’an passé, on a surpris tout le monde, mais nous, on croyait en nos chances au début de la saison et c’est la même chose encore cette année», a expliqué l’ailier originaire de Sorel en marge du Boot Camp qui avait lieu au PEPS de l’Université Laval.

Attentes élevées

«Cette année cependant, je sais que les attentes seront plus élevées envers nous après la saison que l’on a connue», ajoute le hockeyeur de 22 ans qui participait à ses premières séries éliminatoires de la LNH depuis sa sélection en première ronde lors du repêchage de 2015.

À sa quatrième saison dans la grande ligue, Beauvillier préfère ne pas se fixer d’objectif personnel et penser davantage en matière d’objectifs d’équipe.

«C’est clair que l’objectif premier demeure de refaire les séries. C’est une belle expérience et quand tu y as goûté une fois, tu as la piqûre», illustre Beauvillier.

L’attaquant a mis le Boot Camp au calendrier de son été depuis un bon bout temps et estime que l’événement constitue une belle préparation en vue des camps d’entraînement qui débuteront dans quelques semaines.

«Tout le monde est excité à l’idée de retourner à New York, histoire de démontrer qu’on est capable de faire comme l’an dernier et même mieux, pour prouver que tout ça n’était pas qu’un coup de chance.»

Sans Lehner

Les Islanders devront cependant y arriver sans le gardien Robin Lehner, qui vient de signer un contrat d’une saison d’une valeur de 5 millions $ avec les Black Hawks de Chicago. Le Suédois avait terminé au deuxième rang pour la moyenne de buts alloués et au troisième pour le pourcentage d’efficacité.

Les Islanders ont plutôt signé Semyon Varlamov pour épauler Thomas Greiss, qui avait très bien fait en partageant le filet avec Lehner l’an dernier.

Le départ de Lehner et l’arrivée de Varlamov sont d’ailleurs la première chose que Beauvillier a mentionnée lorsqu’il a été question de la prochaine saison. «Je ne sais pas trop quoi en penser, qu’est-ce que ça peut représenter. Je me dis qu’on en a perdu un bon, mais qu’on en a aussi gagné un bon», analyse-t-il.