Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Avis défavorable du fédéral: les opposants à Laurentia jubilent

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Une coalition de groupes environnementaux et de citoyens du secteur Limoilou-Beauport applaudit les conclusions de l’Agence d’évaluation d’impact et du ministre de l’Environnement.

Nature Québec, Équiterre, l’Initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec, Accès Saint-Laurent-Beauport et le GIRAM, membres de la coalition SOS Port de Québec, soutiennent que «le ministre de l’Environnement n’avait d’autre choix que de confier la décision finale au Conseil des ministres» à qui ils demandent maintenant de refuser le projet.

«Après plus de six ans d'évaluation et devant une opposition au projet qui ne démord pas, il est temps pour le gouvernement fédéral de refuser sans équivoque Laurentia afin de stopper une fois pour toutes la volonté persistante et injustifiée d’agrandissement du Port de Québec et d’empiétement dans le fleuve Saint-Laurent et sur les battures de Beauport», explique Alice-Anne Simard, directrice générale de Nature Québec.

«Les impacts du projet Laurentia sur les populations environnantes ont été démontrés et sont graves. C’est un projet de transport de marchandises non seulement maritime, mais aussi terrestre, avec tous les impacts du camionnage sur les artères de la Ville de Québec et ses environs», rappelle pour sa part Alizée Cauchon, analyste principale aux relations gouvernementales chez Équiterre.

Une manifestation contre le projet Laurentia s'était tenue le 22 mai dernier, dans les rues de Québec.

Pour Véronique Lalande, de l’Initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec, le délai demandé par l’Administration portuaire de Québec afin de fournir des informations complémentaires n’aura servi qu’à faire des représentations politiques. «Le délai demandé ne visait qu'à se donner le temps de faire des représentations par le biais de lobbyistes derrière des portes closes. La magouille du Port n’a pas fonctionné et tant les ministères consultés que l’Agence et le ministre Wilkinson ne se sont pas laissés berner», affirme-t-elle.

Le député de Québec solidaire dans Jean-Lesage, Sol Zanetti, a joint sa voix à celle de ses électeurs. «Il n’y a rien de surprenant dans le rapport qui nous est présenté aujourd’hui. Ce projet ne passera tout simplement jamais les évaluations environnementales. Les nombreuses tentatives du Port de Québec de manipuler l'opinion publique ont lamentablement échoué et on en a aujourd’hui la preuve écrite. 

«C’est maintenant au gouvernement d’enterrer le projet avant la prochaine élection», conclut-il.