Fondée en 1994 par Jeff Bezos, Amazon possède maintenant une valorisation boursière de plus de 797 milliards $. Son plus proche rival, Microsoft, est évaluée à 783 milliards $.

Amazon, l’entreprise privée la plus chère

SAN FRANCISCO — Amazon a détrôné Microsoft au sommet de la liste des valeurs boursières les plus importantes aux États-Unis, alors que le marché boursier, qui connaît une forte volatilité, continue de bousculer l'ordre hiérarchique des entreprises américaines.

Ce changement a eu lieu lundi, alors que les actions d'Amazon ont grimpé de 3 %, pour clôturer à 1629,51 $ US, et porté la valeur du leader du commerce de détail électronique à 797 milliards $ US. Dans le même temps, le titre de Microsoft a augmenté de moins d'un pour cent pour atteindre 102,06 $ US, ce qui conférait à la société de logiciels une valeur boursière de 784 milliards $ US.

C'est la première fois qu'Amazon occupe la première place. Elle met ainsi fin au bref retour de Microsoft au sommet, après avoir dépassé Apple à la fin novembre.

Ce repositionnement a été déclenché par les inquiétudes croissantes au sujet de la guerre commerciale de l'administration Trump avec la Chine et des hausses de taux d'intérêt, qui pourraient entraver l'économie mondiale. Si ces craintes s'avéraient fondées, cela ralentirait probablement la croissance des sociétés du secteur de la technologie et d'autres secteurs qui génèrent une part importante de leurs revenus en dehors des États-Unis.

C'est l'une des raisons pour lesquelles la plupart des valeurs technologiques restent bien loin de leurs sommets. L'action d'Amazon, par exemple, se situe 21 % en dessous de son sommet atteint en septembre, lorsque la valeur de ses actions dépassait 1000 milliards $ US. Le titre d'Apple valait encore plus à l'époque, mais il a chuté de 37 % depuis le début octobre pour effacer environ 400 milliards $ US de sa valeur boursière.

Apple a confirmé certaines des pires craintes des investisseurs la semaine dernière, lorsqu'il avait averti que la demande décevante pour son téléphone intelligent iPhone, notamment en Chine, avait entraîné une chute des revenus de son dernier trimestre, qui seront bien inférieurs aux prévisions de la direction et des analystes du secteur.