Le conseiller Olivier Larouche s’est attiré les foudres d’un autre conseiller de la ville d’Alma en se prononçant contre les conservateurs en vue de la prochaines élections.

Alma: duel entre élus sur Facebook, mais pas au conseil

La bonne entente associée aux élus almatois a été froissée, dimanche soir, alors que le conseiller municipal Olivier Larouche s’est prononcé sur les réseaux sociaux à propos du Parti conservateur du Canada (PCC). L’élu municipal Jocelyn Fradette, qui portera les couleurs de ce parti lors des prochaines élections fédérales, a accusé son homologue de désinformation après qu’il ait affirmé que le droit à l’avortement était menacé par l’élection du PCC. L’escarmouche n’aura finalement pas eu d’incidence sur la séance ordinaire du conseil municipal de mardi soir.

La Ville d’Alma ne compte pas s’immiscer dans cette prise de bec virtuelle. « Cela se passe entre deux conseillers. Tant que la Ville n’est pas concernée, on reste vigilants. Dans ce cas, il n’y a pas lieu d’intervenir », a mentionné, au Quotidien, la conseillère en communication à la ville d’Alma, Claudia Madore.

Dans une publication datée du 19 mai, le conseiller du district de Saint-Coeur-de-Marie Delisle, Olivier Larouche écrivait sur sa page Facebook personnelle : « Pour tous ceux qui partagent la nouvelle loi en Alabama, j’espère que vous savez que le droit à l’avortement est également menacé au Canada. Andrew Scheer, du Parti conservateur du Canada, s’est prononcé à maintes reprises contre l’avortement et le mariage gai... Ce cher politicien est également en tête des sondages depuis des mois. Votez judicieusement pour les élections fédérales d’octobre prochain. »

Il n’en fallut pas plus pour que le conseiller du secteur Isle-Maligne, Albert Naud, et le candidat conservateur dans Lac-Saint-Jean, Jocelyn Fradette, répliquent.

« [...] Et je pense être beaucoup mieux placé et informé que toi sur ce dossier ! ! ! [...] Le plus important c’est mon monde ! [...] Ce soir tu fais de la mauvaise information et tu aurais très bien pu prendre le temps de t’informer avant ! ! Tu es assez désolant comme élu de notre ville ! ! ! ! » (sic), peut-on lire dans la réponse de M. Fradette.

Olivier Larouche s’est défendu d’émettre une opinion sur des décisions politiques qui auront des conséquences importantes sur la vie de milliers de personnes. Ce à quoi Jocelyn Fradette a répondu qu’il était « complètement dans le champ ».

Rappelons qu’Andrew Scheer se dit ouvertement contre l’avortement et le mariage gai. Toutefois, il a mentionné, par le passé, ne pas avoir l’intention de rouvrir le débat sur ces questions.

Contacté par Le Quotidien, Jocelyn Fradette n’a rien voulu ajouter, se limitant à dire qu’Olivier Larouche donnait de la mauvaise information et que les conservateurs ne veulent pas ouvrir ce débat. De son côté, Olivier Larouche a mentionné qu’il avait publié un statut « en tant que citoyen sur son profil privé, et non en son nom de conseiller municipal qui défend les intérêts des citoyens, pas les siens ». Il a profité de l’occasion pour rappeler que malgré les divergences d’opinions, M. Fradette et lui travaillent ensemble sur plusieurs dossiers municipaux.

+

14 000$ AU CIDAL

Alma a dévoilé son appui financier accolé au projet d’incubateur entrepreneurial de la Corporation d’innovation et de développement Alma-Lac-Saint-Jean-Est (CIDAL). Le conseil municipal versera une subvention de 140 000 $ pour les deux premières années du projet qui devrait être opérationnel d’ici 2020. 

La Ville avait convenu de verser une subvention conditionnelle à ce que tous les partenaires confirment leur contribution. Une résolution adoptée à l’unanimité lors de la séance ordinaire du conseil municipal de mardi soir a permis de confirmer la volonté des élus. La première moitié de la somme réservée au projet sera prise à même le surplus accumulé alors que le solde sera prévu dans le budget 2020.

La résolution du conseil municipal d’Alma rappelle la création de deux emplois dans l’équipe de gestion et de coordination et « que parmi les entreprises incubées peuvent naître des entreprises à haut potentiel de croissance ». 

« Ce projet permet de favoriser la création de nouvelles entreprises et d’emplois à valeur ajoutée, d’augmenter le taux d’occupation commerciale et industrielle du territoire, d’orienter notre développement vers une économie plus durable et une culture entrepreneuriale plus forte et de renforcer le pouvoir attractif de notre milieu », peut-on lire dans la résolution. 

Le projet de plus de 737 000 $ a déjà reçu une subvention de 225 000 $ de la part du gouvernement du Québec et de 340 000 $ provenant du Fonds de développement des régions de Desjardins. 

L’initiative devrait accueillir cinq premières entreprises d’ici la fin de l’année.