Vendredi, Alex Harvey fera un retour à la compétition en participant aux Championnats du monde des Maîtres UCI qui se disputera au Mont-Saint-Anne.

Alex Harvey enfourche son vélo au Mont-Sainte-Anne

Alex Harvey est évidemment connu pour sa carrière de ski de fond, mais certains oublient que le vélo de montagne a tenu une grande place dans son cheminement d’athlète. Vendredi, il fera un retour à la compétition en participant aux Championnats du monde des Maîtres UCI qui se disputera au Mont-Saint-Anne.

«C’est de la compétition amateur!» précise d’entrée de jeu l’olympien, inscrit dans la catégorie des Maîtres 30-34 ans. 

À LIRE AUSSI : Les projecteurs braqués sur le vélo de montagne

En mars dernier, Harvey avait annoncé sa retraite de la compétition. «On a plus de temps pour faire les choses qu’on aime. J’adorais m’entraîner et le ski à roulettes, c’était une partie principale de mon entraînement, mais ce n’est pas comme le ski l’hiver, tu roules sur de l’asphalte, c’est vraiment moins plaisant. Cet été, j’ai dit que je ne faisais pas de ski à roulette. J’ai fait de la course en sentiers et du vélo de montagne. J’ai fait du vélo quatre fois par semaine et je n’ai pas retouché à mes skis à roulettes.»

Rappelons que le fondeur est originaire de Saint-Ferréol-les-Neiges, le Mont-Sainte-Anne est son terrain de jeu depuis qu’il est tout jeune. La tenue d’un événement d’une telle envergure près de chez lui avait de quoi l’exciter. 

«J’ai vécu chaque Vélirium de l’autre côté de la clôture, je viens depuis 25 ans. Cette année, c’est ma chance d’être de l’autre côté de la clôture et de participer. C’est sur que les Maîtres, c’est l’entrée, ce n’est pas le plat principal qui est la course des Élites la semaine d’après, mais ça reste une course pour le plaisir et pour triper», exprime-t-il. 

«On reste du monde de compétition»

Alex Harvey s’est consacré complètement au ski de fond vers l’âge de 18 ans. Avant, il était du circuit de vélo de montagne durant l’été et il n’y laissait pas sa place. 

«Je menais deux saisons en parallèle, j’avais le vélo de montagne durant l’été et le ski de fond l’hiver. Et je l’ai longtemps gardé le vélo dans mon entraînement. On s’entraînait deux fois par jour, et pour éviter des blessures de sur-utilisation, on changeait le mal de place. Ç'a toujours fait partie de ma vie.»

Harvey avait choisi le ski, mais aurait pu poursuivre une carrière de cycliste. Sur sa feuille de route, il compte deux participations aux Championnats du monde Juniors UCI. 

«Je commence déjà à avoir des papillons. C’est une game différente en vélo, tu dois prendre soin de ton équipement pendant la course, faut que tu évites les crevaisons ou des choses comme ça, ce n’est pas pareil comme en ski. Tu prépares tes skis et quand la course est partie, tu ne peux rien changer. Tandis qu’en vélo, ça évolue pendant la course et il faut prendre soin du vélo, il y a une dynamique différente qui m’excite.» 

Son père, Pierre Harvey, bien connu lui aussi du monde sportif, sera présent sur la ligne de départ chez les Maîtres également, dans sa catégorie d’âge. Son fils avoue qu’il règne une petite compétition amicale entre les deux, ils ont bien hâte de voir vendredi soir qui aura parcouru les tours de parcours le plus rapidement. 

«On reste du monde de compétition, même si on est à la retraite. Des fois on a besoin de se dépenser et d’entretenir cette fibre compétitive là parce que sinon, on gratte les murs.»