Hugo Tousignant
Hugo Tousignant

Agression sur sa conjointe: Hugo Tousignant libéré sous conditions

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Hugo Tousignant, cet individu accusé d’avoir agressé sa conjointe Véronique Vennes avec une arme à plombs, a finalement pu reprendre sa liberté, lundi, mais avec de sévères conditions dont celle de compléter une thérapie fermée d’une durée de six mois au centre L’Autre côté de l’ombre.

Les discussions entre son avocat, Me Jean-Sébastien Gladu, et la procureure de la Couronne, Me Émilie Goulet, ont en effet permis d’éviter la tenue d’une enquête sur caution et ont donné lieu à la libération du suspect.

Parmi les conditions, il lui sera interdit d’approcher et de communiquer avec Véronique Vennes et sa famille, de consommer de l’alcool et des drogues incluant le cannabis. Il devra demeurer 24 heures sur 24 au centre de thérapie et y respecter tous les règlements. Son retour devant le tribunal est prévu pour le 16 novembre.

Hugo Tousignant compte de nombreux antécédents en matière de violence tout particulièrement au niveau conjugal. Dans le dossier présent, il est accusé de voies de fait, voies de fait armées, méfaits sur un véhicule et bris de conditions. Il aurait agressé sa conjointe Véronique Vennes le 22 août, à l’aide d’une arme à plombs dans le secteur Saint-Gérard-des-Laurentides pour ensuite prendre la fuite. Elle avait ensuite porté plainte contre lui.

Le 24 août, un avis de recherche avait été lancé afin de retrouver Véronique Vennes, portée manquante par ses proches. Le couple avait finalement été retracé le 26 août à proximité de l’île Marchesseault, où il s’était réfugié.

À LIRE AUSSI «C’est à soir que je te passe»: des antécédents troublants pour Hugo Tousignant