Affaire Vadeboncoeur: trois policiers réintégrés

TROIS-RIVIÈRES — Trois des quatre policiers impliqués dans l’arrestation d’Alexis Vadeboncoeur en février 2013 ont été réintégrés dans leurs fonctions. Acquittés lors d’un procès au criminel, ces trois policiers ont également pour la plupart été blanchis par le commissaire à la déontologie policière.

Les policiers Barbara Provencher, Marc-André St-Amant et Dominic Pronovost retrouvent leurs fonctions. La décision a été entérinée par le conseil municipal qui s'est réuni en assemblée publique extraordinaire jeudi matin.

Barbara Provencher

Les agents Provencher et St-Amand retrouveront leurs collègues policiers le 13 août. Quant à lui, Dominic Pronovost poursuivra sa carrière en tant que policier-pompier au sein du Service des incendies trifluvien à compter de lundi prochain, et ce, en vertu d'un privilège que lui conférait la convention collective.

À la suite de l’acquittement de ces trois policiers, le syndicat des policiers de Trois-Rivières avait entrepris des discussions pour réintégrer les policiers acquittés des accusations de voies de faits et de voies de fait armées. Seul le policier Kaven Deslauriers avait été reconnu coupable de voies de fait, un jugement qui a été porté en appel. De plus, Barbara Provencher et Marc-André St-Amant ont été blanchis par le commissaire en déontologie policière, Me Marc-André Dowd.

Dominic Pronovost

Le syndicat considérait depuis que la Ville ne pouvait plus rien reprocher aux policiers blanchis par la justice et par le commissaire en déontologie. «Ils ont été acquittés au procès criminel qui a duré 31 jours et en déontologie. On ne peut plus leur reprocher quoi que ce soit», affirmait le 24 mai dernier Louis Lesage, le président du syndicat, lorsque la décision du commissaire à la déontologie avait été rendue publique.

L’arrestation d’Alexis Vadeboncoeur est survenue dans la cour du Cégep de Trois-Rivières en février 2013.

Le commissaire à la déontologie policière concluait toutefois que Keven Deslauriers et Dominic Pronovost «ne se sont pas comportés de manière à préserver la confiance et la considération que requièrent leurs fonctions, en formulant des commentaires inappropriés lors du visionnement d’une vidéo» de l’arrestation d’Alexis Vadeboncoeur. Les deux policiers n’ont pas respecté l’article 5 du Code de déontologie.

Les négociations sur le retour des trois policiers concerneraient aussi les salaires manqués durant les périodes de suspension sans solde ou de congédiement. Les sommes qui pourraient ainsi être versées aux policiers pourraient être substantielles considérant les impacts financiers subis par ceux-ci. «C’est sûr que ça va nous coûter de l’argent», avait indiqué le maire Yves Lévesque mercredi soir.

Mars-André St-Amand

On se souviendra que l’arrestation d’Alexis Vadeboncoeur en 2013 avait fait grand bruit. Les images captées par une caméra de surveillance du Cégep de Trois-Rivières laissaient croire à une arrestation musclée. On y voyait les policiers assener des coups à Vadeboncoeur qui était couché au sol avec une arme non loin de lui. Le suspect venait de cambrioler une pharmacie.