David Cloutier a perdu sa conjointe à la suite d’un accident de motoneige.

Accident mortel de motoneige: «Ça prend une seconde pour détruire une vie»

Trois-Rivières - «J’aurais aimé mieux que ça m’arrive à moi qu’à elle. Les p’tits loups et les plus grands avaient besoin de cette femme-là.» David Cloutier prononce ces mots avec toute la tristesse du monde. Il a perdu la femme de sa vie dans un accident de motoneige, survenu dans un sentier balisé, le 29 janvier, à Notre-Dame-du-Mont-Carmel. Mélyssa Vincent était le cœur d’une famille de huit enfants.

__________________

À LIRE AUSSI: Saison de motoneige meurtrière: «il faudrait que ça arrête»

__________________

«La vie a arrêté de tourner chez nous. On ne le réalise pas encore. On pleure, on pleure. On pense tout le temps qu’elle va revenir, mais elle ne reviendra jamais malheureusement. On le sait, mais on espère tout le temps quand même», confie le Trifluvien.

Depuis cette nuit fatidique, le film des événements rejoue sans cesse dans sa tête. C’était leur première randonnée de l’hiver. Le couple roulait lentement. Après un court arrêt, elle est repartie en premier. Le temps qu’il mette ses gants, elle avait disparu. «Je ne vois plus ma femme. Quelques mètres devant moi, je lève les yeux et je vois une petite lumière dans le champ. La motoneige est à l’envers. Je vais la rejoindre. Je me lève la tête, 10 pieds plus loin, j’aperçois ses deux bottes dans la neige. Là, je panique, je crie au meurtre. J’avance 40 à 50 pieds plus loin, et ma femme est au pied d’un arbre», raconte-t-il. Elle était alors consciente et elle lui a même parlé, mais elle est rapidement tombée dans le coma.

Une dame leur a apporté son aide ainsi que des passants. Comble de malheur, l’ambulance appelée sur les lieux s’est enlisée en reculant. Il a fallu appeler un autre véhicule. Cela a paru une éternité à M. Cloutier avant que la deuxième ambulance ne finisse par arriver. À l’hôpital, Mélyssa a passé de longues heures sur la table d’opération. Elle avait plusieurs fractures ainsi que des blessures importantes à la tête. «Le médecin nous a dit que si elle restait stable 72 heures, il y avait des chances qu’elle revienne.» Malheureusement, environ 48 heures plus tard, son état s’est détérioré et elle a rendu l’âme. Elle a fait le don de ses organes. «C’est une décision qu’on a prise avec ses enfants et son père. C’était elle, ça la représentait bien. C’était une femme de coeur.»

Mélyssa Vincent

M. Cloutier ignore pourquoi sa conjointe a perdu le contrôle de son véhicule. Il sait que la vitesse n’est pas en cause. «J’aurais bien aimé savoir ce qui s’est passé, mais on ne le saura jamais malheureusement.»

Selon lui, certaines sections du sentier n’étaient pas en bon état et la signalisation était déficiente.

Avec ce qu’il a vécu, il ne peut qu’inviter les motoneigistes à faire preuve de la plus grande prudence. «Ça prend une seconde pour détruire une vie. Une seconde seulement et c’est fini. Nous autres, on ne roulait pas vite et on a vécu ce cauchemar. Imaginez ceux qui roulent vite sur les pistes. Les gens qui font de la motoneige, il faut qu’ils pensent à eux et aux autres aussi.»

Le couple, qui se fréquentait depuis trois ans, devait se marier le 15 août. «La vie était juste belle. Il y avait juste des beaux projets qui s’en venaient dans notre vie», confie M. Cloutier. Ils avaient aussi une entreprise de déneigement et d’excavation ensemble. Après avoir été infirmière auxiliaire pour le CIUSSS MCQ pendant plusieurs années, Mme Vincent avait décidé de se lancer en affaires avec son conjoint pour améliorer ses conditions de travail. «Mélyssa, c’était ma femme, ma blonde, ma collègue, ma confidente. C’était ma vie. Je passais 24 heures sur 24 à ses côtés. On réussissait tout le temps à trouver une solution à un problème. On faisait une équipe de feu», souligne-t-il.

David Cloutier et Mélyssa Vincent devaient se marier cet été.

Cinq des enfants sont les enfants biologiques de Mélyssa et les trois autres ceux de David. Mais pour ce couple, ce sont tous leurs enfants. Ils sont âgés de 3 à 22 ans. «Quand ma femme parlait à quelqu’un, elle disait qu’elle avait huit enfants, et quand quelqu’un me demandait combien j’avais d’enfants, je répondais que j’en avais huit. Nos enfants se considèrent comme des frères et sœurs. On avait huit enfants, et ça, ça va rester gravé dans ma vie.»

Pour les enfants, c’est évidemment extrêmement difficile. Son fils de 22 ans, Billy, raconte qu’elle a suivi sa formation d’infirmière tout en étant mère monoparentale de trois enfants. «C’était une personne pleine d’énergie, c’était une battante», raconte-t-il. David ne peut qu’acquiescer. «C’était une vivante, c’était une battante. Qu’on soit 20, 40, 60, elle faisait la bouffe à tout le monde. Elle avait le cœur sur la main. Elle pouvait aider tout le monde. C’est un gros morceau qui est parti.»

GOFUNDME

Des amies de Mélyssa ont lancé une campagne de financement via GoFundMe pour aider sa famille le temps que David soit en mesure de reprendre le travail. «Le GoFundMe, c’est pour laisser respirer un peu David, pour lui laisser une chance de souffler à travers tout ça», raconte Sandra Groleau. Cette dernière confie avoir perdu sa meilleure amie. «Mélissa, c’était comme une sœur. C’était la fée marraine de mon garçon. Elle était très, très importante. C’était une fille avec un grand cœur qui était toujours là pour aider tout le monde.»