L'accident spectaculaire est survenu le 18 janvier dernier à Magog.

Accident mortel à Magog: le responsable de l’entretien du camion arrêté

La Sûreté du Québec (SQ) a procédé à une arrestation à la suite de son enquête sur l’accident mortel impliquant un camion semi-remorque, en janvier dernier à Magog.

Vendredi matin, les enquêteurs du Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la SQ ont arrêté Simon Jutras. L’homme de Saint-Césaire âgé de 28 ans aurait été responsable de l’entretien mécanique du véhicule qui s’est renversé sur le boulevard Poirier le 18 janvier vers 11h30. Simon Jutras a comparu vendredi au Palais de justice de Sherbrooke et il a été accusé de négligence criminelle causant la mort.

«L’enquête tend à démontrer que ce dernier avait une responsabilité par rapport à l’entretien du véhicule utilisé par la victime lorsque la collision est survenue », explique Ingrid Asselin, agente d’information à la SQ.

À lire aussi: L’identité de la victime de l’accident de Magog dévoilée

Rappelons que le chauffeur du camion, Sylvain Ferguson,  a perdu la vie lors d'une embardée avec son véhicule semi-remorque survenue près de l’intersection de la sortie de l’autoroute 55 avec le boulevard Poirier. L’homme de 53 ans demeurait à Chambly et travaillait pour Sciures Jutras de Saint-Césaire.

Rappelons que le camion semi-remorque a fait une embardée spectaculaire lors de l'accident s'est produit à la sortie 32 de l'autoroute 55, un endroit habituellement peu propice aux accidents.

Le camion, qui transportait un chargement de copeaux de bois, venait tout juste de quitter l'autoroute, en direction sud, quand l'accident est survenu. Au lieu d'arrêter après être sorti de la 55, le véhicule a continué tout droit rendu au boulevard Poirier. Il a foncé dans le garde-fou et dans deux poteaux électriques avant de se renverser dans le fossé près de la voie ferrée voisine. Son chargement s'est en partie répandu au sol.

Ce jour-là, il venait faire livraison de matériel à un commerce du parc industriel de Magog, avait-on appris.

L’enquête avait été confiée à la Régie de police de Memphrémagog, mais elle a été transférée dans les semaines suivantes à la SQ, ajoute Mme Asselin. On a procédé à une inspection mécanique du véhicule. «Nous avons des motifs raisonnables de croire qu’il y a eu négligence», dit-elle.