Fin septembre, il est devenu évident que les 850 tonnes de matières entreposées à l’extérieur du centre de tri « ont subi les intempéries et se sont dégradées de façon irrémédiable ».

850 tonnes de matières recyclables seront enfouies

La Régie de récupération de l’Estrie semble avoir jeté la serviette en ce qui concerne les 850 tonnes de matières recyclables entreposées à l’extérieur du centre de tri. Une résolution adoptée le 25 septembre, à la proposition du vice-président de l’organisation, Pierre Avard, propose d’enfouir ces matières. La conseillère Évelyne Beaudin a remis cette décision en question, lundi, indiquant que le conseil municipal n’avait jamais adhéré à cette proposition.

M. Avard a précisé que des solutions sont toujours recherchées et que rien n’avait encore été enfoui.

Au moment de la crise du recyclage, qui avait mené en juin à l’expulsion de l’exploitant du centre de tri, Ricova, l’ex-président de la Régie, Hugues Grimard, avait affirmé que les problèmes n’entraîneraient pas l’enfouissement des matières recyclables. Celles-ci avaient été acheminées à Valoris pour être mises en ballots avant d’être entreposées. Le maire Steve Lussier avait dit la même chose, à la fin mai. Il indiquait qu’il était hors de question d’enfouir des matières recyclables. « Ce n’est pas vrai que les gens ont fait l’effort de trier les matières et que ça ira directement à l’enfouissement », avait-il déclaré sur les ondes du 107,7 FM. 

À la reprise des activités, à la mi-juin, il était question de presser la matière se trouvant à l’intérieur du centre de tri avant de s’occuper de celle située à l’extérieur. 

Victime des intempéries

Dans le procès verbal du 25 septembre, on rapporte que les 850 tonnes de matières entreposées à l’extérieur du centre de tri « ont subi les intempéries et se sont dégradées de façon irrémédiable ». On ajoute que « Récup-Estrie a tenté de traiter ces matières afin de les valoriser, mais la dégradation rend toute valorisation impossible » et que « Récup-Estrie a tenté par tous les moyens de trouver un centre de traitement en mesure de valoriser ces matières, mais que ces tentatives se sont avérées infructueuses ». Il est aussi question de recherches de solutions auprès d’Éco Entreprises Québec, de Recyc-Québec et du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

« Il appert que la seule et unique solution se révèle être d’acheminer ces matières à l’enfouissement », lit-on encore.

Pierre Avard rapporte que les matières en question sont à l’extérieur depuis plus d’un an. « Pour le moment rien n’a été enfoui. Avec la tempête de neige que nous avons connue, ça n’améliore pas la situation. »

Évelyne Beaudin a cherché à savoir s’il y avait un espoir qu’on évite l’enfouissement pour ces 850 tonnes de matière.

« Le problème, c’est aussi une question de main-d’œuvre. Nous avons entreposé certaines matières dans un entrepôt de la rue des Forges. Si tout fonctionne comme prévu, dès la fin du mois, l’entrepôt sera vidé et toutes les matières qui s’y trouvaient auront été récupérées. Ce qu’il reste, c’est de regarder la question des matières à l’extérieur. Ça devient un enjeu de santé et de sécurité. Le problème avec l’eau qui s’est accumulée, les machines bloquent. Faire le tri manuellement, c’est impensable. Nous sommes en discussion avec le ministère de l’Environnement pour trouver une solution. Ça représente une semaine de collecte. Sur l’échelle d’une année, nous avons réussi à poursuivre le tri malgré la crise que nous avons connue. »

L’entrepôt de la rue des Forges, où étaient entreposées les matières, a été loué par la Ville pendant six mois à raison de 40 000 $ par mois.