Hubert Lenoir est monté trois fois sur scène dimanche, pour la révélation de l'année, le meilleur album pop (Darlène) et la chanson de l'année (Fille de personne II).

40e gala de l'ADISQ: tour du chapeau pour Hubert Lenoir

S’il y en avait encore pour douter que 2018 était l’année d’Hubert Lenoir, le 40e gala de l’ADISQ leur en a offert une nouvelle preuve, dimanche soir. Grâce à son autoproclamé «opéra post-moderne» Darlène, le Beauportois s’est offert un tour du chapeau, repartant avec les Félix de la révélation, de l’album pop et de la chanson de l’année (Fille de personne II). La seule catégorie dite artistique où il était nommé et qui lui a échappé est celle de l’interprète masculin, où Patrice Michaud est ressorti victorieux.

Rappelons que Lenoir (finaliste pour le prix Polaris et lauréat des prix Félix-Leclerc et Espoir FEQ) avait réclamé mercredi dernier le Félix du choix de la critique. Vêtu d’une robe blanche, visage maquillé de rouge et de jaune, le jeune auteur-compositeur-interprète a profité de ses remerciements pour passer quelques messages. Au moment d’accepter le Félix de la révélation, il s’est adressé à ses détracteurs et ceux qui essaient de le catégoriser, rappelant que tout est toujours une question de perceptions. «Pis au nom de la jeunesse québécoise, je trouve que vous êtes wack... en estie!» a-t-il ajouté. 

Remportant juste après les honneurs dans la catégorie pop, il en a remis une couche. «De gagner avec un album qui est 40 % instrumental, qui a été fait avec pas de budget, pendant six jours dans une canicule à Québec, c’est une victoire, a-t-il clamé. C’est une victoire pour la musique. Ce n’est pas juste une victoire pour nous, c’est une victoire pour l’art, pour toute une nouvelle génération de musiciens qui en ont un peu rien à crisser et qui ne sont pas nécessairement là ce soir. Je veux juste dire qu’il est trop tard. On est là, on s’en vient vous chercher tout le monde!»

Moins volubile au moment de recevoir le prix de la chanson de l’année pour Fille de personne II, Lenoir s’est contenté d’enfoncer son Félix dans sa bouche avant de dire qu’il n’avait que de l’amour à donner. 

Hubert Lenoir s'est amusé avec l'un de ses trophées...

Brach, Pelgag, Michaud et 2Frères

Après avoir accepté mercredi le trophée du meilleur album alternatif, Philippe Brach a agrandi sa collection, dimanche. Il a été récompensé parmi les auteurs-compositeurs pour Le silence des troupeaux et le spectacle qu’il en a tiré a aussi été salué. Du côté des interprètes, la comédie musicale Demain matin, Montréal m’attend est sortie victorieuse. 

La colorée Klô Pelgag, qui arborait une moustache pour l’occasion, a remporté le Félix de l’interprète féminine de l’année. Il s’agit d’une première pour la musicienne, récompensée dans les années passées dans les catégories révélation, choix de la critique, album alternatif et auteur-compositeur. 

Son homologue masculin (et «compatriote» gaspésien), Patrice Michaud, a accepté les honneurs pour une deuxième année consécutive. Rappelons que le clip de sa chanson La saison des pluies, réalisé par Yan England, avait été salué mercredi. 

«Je sais que j’ai l’air d’un gars relax, mais je fais cette job-là en traînant une perpétuelle chienne de me faire oublier, de me faire dire que mes projets ne sont plus intéressants, de faire en sorte que je suis relégué en arrière. C’est un moteur, mais en même temps, c’est tough. Ça, c’est très wow!» a déclaré Michaud, l’air incrédule.

Du côté des groupes, le duo originaire de Chapais 2Frères, qui a fait un tabac avec son album La route, a été choisi par le public. Lesdits frangins, Sonny et Érik Caouette, avaient obtenu le même trophée il y a deux ans. Dans un coup de chapeau à leur équipe, le premier a d’ailleurs invité l’ADISQ à créer une catégorie qui récompenserait les musiciens de tournée.

Klô Pelgag a été sacrée interprète féminine de l'année.
Le Félix de l'interprète masculin a été décerné à Patrice Michaud.
Serge Fiori était fort ému lors de la remise du Félix hommage à Harmonium.

Hommage à Harmonium

Lauréat du prix hommage, Harmonium a été longuement ovationné après une prestation portée par l’Orchestre symphonique de Montréal et une brochette de voix. «Quessé que vous venez de faire là, ostie?» a laissé tomber un Serge Fiori visiblement ému, avant de saluer ses complices : «Cette gang-là s’est donnée corps et âmes pour faire vivre une musique pour vous autres. Pour vous prendre dans les bras. Pour de l’espoir...»

Remis depuis l’an dernier au grand gala du dimanche soir, le Félix du meilleur album hip-hop est allé à Loud pour son bien nommé Une année record. Sur une lancée en France, le rappeur (Simon Cliche-Trudeau de son vrai nom), avait été déclaré mercredi l’artiste s’étant le plus illustré hors Québec. 

Alors que son album et son spectacle La science du cœur ont été salués dans des catégories techniques la semaine dernière, Pierre Lapointe a finalement pu ajouter une statuette à son imposante collection personnelle en allant chercher avec son collaborateur David-François Moreau le Félix de l’album adulte contemporain.

Philippe Brach a été sacré pour le spectacle de l'année — auteur-compositeur-interprète pour «Le silence des troupeaux».
Loud a remporté l'album hip-hop de l'année pour «Une année record».
Pierre Lapointe s'est mérité le Félix de l'album adulte contemporain pour «La science du coeur».
Louis-José Houde a donné le coup d'envoi au 40e gala de l'ADISQ — son 13e — qui a commencé sous le signe des souvenirs de ces 39 dernières années.

ILS ONT DIT...

«C’est comme si t’embrassais une poignée de porte au Rockfest rendu le dimanche soir.» — L’animateur Louis-José Houde, à propos des gagnants qui ont la «mauvaise idée» d’embrasser un trophée qui traîne en coulisses depuis trois jours… «avec des techniciens». Ça n’a pas découragé Hubert Lenoir de goûter à son Félix pour la chanson de l’année.

«Prends Iggy Pop, Francis Reddy et Joe Bocan et brasse très fort.» — Louis-José Houde, tentant de décrire Hubert Lenoir. 

«Quand vous achetez un pipeline de 5 milliards, j’ai plus l’impression que mon pays, c’est une pétrolière.» — Yann Perreau, interpellant le premier ministre Justin Trudeau après avoir rendu hommage à Gilles Vigneault.

«Merci de m’avoir conçu, c’est très apprécié, même si vous ne m’avez pas demandé mon avis.» — Philippe Brach, s’adressant à ses parents au moment de recevoir le Félix de l’auteur-compositeur de l’année.

«Merci à mes enfants qui sont contents quand je ramène une nouvelle madame tout-nue à la maison!» — Patrice Michaud, brandissant son trophée de l’interprète masculin de l’année. Après Yvon Deschamps, il était le deuxième à souligner les courbes féminines du Félix.

«Soyez fou. La musique, ce n’est pas un concours. C’est jamais un concours. C’est juste de la musique. Ça devrait toujours suffire.» — L’interprète féminine de l’année, Klô Pelgag

«On se croirait dans un mauvais rêve...» — Émile Bilodeau, alors que le télésouffleur faisait défaut et avant de livrer un message écolo au gouvernement de François Legault.