À partir du jeudi 1er février, la chasse sportive aux caribous migratoires sera interdite dans le Nord-du-Québec. Seuls les autochtones auront le droit de pratiquer une chasse de subsistance.

16 M$ pour compenser la fin de la chasse aux caribous

Québec sonne la fin de la chasse aux caribous dans le Nord, mais tente d’atténuer les impacts en injectant 16 millions $ pour démanteler les camps de chasse abandonnés et compenser les pourvoiries.

À partir du jeudi 1er février, la chasse sportive aux caribous migratoires sera interdite dans le Nord-du-Québec. Seuls les autochtones auront le droit de pratiquer une chasse de subsistance.

Luc Blanchette, ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, a présenté à l’Assemblée nationale mardi sa stratégie de «vitalité» pour le Nord. Sauf que seulement 300 000 $ des 16 M$ iront à trouver des solutions pour diversifier l’activité touristique dans le Nord. Le reste de la somme ira au nettoyage des camps de chasse mobiles. M. Blanchette a rappelé que la décision de mettre fin à cette chasse avait été «difficile à prendre» en décembre 2016, mais nécessaire. Alors que le troupeau de la rivière Georges est presque décimé, c’est au tour du troupeau de la rivière aux Feuilles de subir un important déclin ces dernières années. 

Geoffrey Kelley, ministre responsable des Affaires autochtones, a fait valoir que la stratégie permettra de créer des emplois chez les Inuits et les Naskapis, qui pourront s’atteler à remettre à l’état naturel les sites de chasse. 

Fermetures

Marc Plourde, pdg de la Fédération des pourvoiries du Québec, évalue qu’une dizaine de pourvoiries installées dans le Nord devront carrément fermer leurs portes cette année et que plusieurs personnes perdront leur emploi. Pour les autres, l’aide de Québec est bienvenue, le temps de trouver un autre type d’offre touristique, comme la pêche, la motoneige ou la descente rapide de rivières. 

Le ministre Blanchette a évoqué la chasse aux loups, mais M. Plourde est persuadé que ça ne remplacera jamais l’importance de la chasse aux caribous, qui a longtemps été «un produit d’appel» du Québec, populaire auprès des touristes américains et européens. 

M. Plourde espère de l’aide supplémentaire du gouvernement du Québec afin de construire le futur du tourisme nordique. M. Blanchette a laissé entendre que de l’aide pour les compagnies d’aviation de brousse pourrait venir. 

Le Parti québécois a vivement critiqué cette stratégie libérale, qui vient mettre «le dernier clou dans le cercueil du développement faunique du Nord-du-Québec». Le député Sylvain Roy accuse le ministre Blanchette d’être sourd aux solutions amenées par les pourvoyeurs pour se repositionner. «Le compte à rebours est commencé pour le démantèlement de l’économie faunique», déplore-t-il.