Le premier ministre Justin Trudeau a dû défendre lundi l'aide offerte par son gouvernement aux sinistrés des inondations dans la région, au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Le fédéral sera présent, assure Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau a dû défendre lundi l'aide offerte par son gouvernement aux sinistrés des inondations dans la région, au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick.
Il a promis que son gouvernement sera présent au cours des prochaines semaines, sans toutefois préciser le niveau de financement et la forme que cette aide fédérale - qui viendrait s'ajouter à l'appui militaire - pourrait prendre. « Notre aide est déjà présente pour appuyer les sinistrés, avec les 1650 militaires présents pour appuyer les services d'urgence dans plusieurs communautés », a plaidé le premier ministre. Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a indiqué que le gouvernement avait accepté toutes les demandes d'aide des provinces. « Lorsque nous avons eu une demande d'aide, il n'a fallu que 30 secondes pour y répondre. Et nous avons dit oui. » Les discussions avec les provinces n'ont pas porté sur les coûts et qui paiera la facture, un élément qui n'est pas prioritaire pour l'instant, a expliqué le ministre Goodale.
Relâche à l'Assemblée nationale pour aller soutenir les citoyens
QUÉBEC - L'impact des inondations qui touchent durement plusieurs régions du Québec se répercute jusqu'à l'Assemblée nationale, qui fera relâche mardi. Fait exceptionnel en période de session parlementaire, le parlement sera donc désert mardi. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la relâche se poursuive pour le reste de la semaine. Les parlementaires ont convenu à l'unanimité lundi qu'il valait mieux, en ces circonstances de crise, être aux côtés de leurs concitoyens et leur prêter secours mardi, au lieu de prendre place au Salon bleu, comme leur devoir l'exige. Cela signifie qu'il n'y aura pas de période de questions mardi, ni aucun travail effectué en commission parlementaire, notamment pour l'étude des projets de loi.
Avec la Presse canadienne