Stef Paquette voudrait rallier un grand nombre d’artistes franco-ontariens à la sauvegarde du Droit qui vit une crise financière importante.

Le Droit en difficulté: Stef Paquette lance une riposte artistique

Pour Stef Paquette, Le Droit a toujours été un allié, une vitrine pour l’art ; le sien, celui d’Ottawa et Gatineau, et celui des créateurs bien au-delà de la région. En réponse aux difficultés financières du journal, l’auteur-compositeur-interprète appelle les artistes à se réunir pour organiser un spectacle-bénéfice afin de « redonner » au seul quotidien francophone en Ontario.

Mercredi, le président et éditeur du Droit Pierre-Paul Noreau a discuté de la situation précaire du journal à ONFR+. « J’aimerais que (la communauté franco-ontarienne) soit plus vocale, a-t-il souhaité. Ronald Caza, Amanda Simard, Jim Watson, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) ont parlé, mais les autres ? »

Son message n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Le jour même, Stef Paquette a contacté l’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM) pour qu’elle invite les artistes qu’elle représente à se manifester.

L’équipe de l’APCM se trouve présentement dans les Cantons-de-l’Est pour le Festival international de la chanson de Granby, mais la réponse fut positive.

« On va en savoir plus la semaine prochaine », se réjouit le Sudburois.

La couverture du quotidien de la rue Clarence a été « très bonne » pour sa carrière, indique le musicien, comédien, improvisateur, animateur et humoriste, selon l’inspiration du moment.

« Il y a tellement d’artistes qui ont bénéficié du travail du journal Le Droit. Comme artistes, on veut que les gens parlent de nous ; on veut des entrevues, des photos, on veut que les gens viennent à nos spectacles, énumère-t-il. Je voulais mobiliser les gens pour voir s’il y avait un intérêt. Le Droit a toujours été cool avec nous ; c’est à notre tour de l’être. »

Rien encore n’est décidé quant au moment ou au lieu du spectacle. L’initiateur du projet tient simplement à ce que l’événement prenne place à Ottawa, où il compte se rendre à ses propres frais.

« On est tellement séparés en Ontario. On est tellement une grosse province. Si on peut se rassembler pour se mobiliser et montrer l’importance de nos institutions, il faut le faire, maudite marde ! »

En mai dernier, Stef Paquette a annoncé se lancer en politique. Il sera le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD) dans la circonscription de Nickel Belt aux prochaines élections fédérales.

À savoir s’il allait compter le spectacle-bénéfice comme une dépense électorale, il répond ne pas encore avoir étudié la question. « Ça a été un coup de tête », résume-t-il.

« Je ne changerai pas qui je suis. Pour moi, ce n’était vraiment pas un instinct de me dire que ça allait être bon pour ma carrière politique. Je me lance en politique, mais j’ai fait 25 ans de carrière comme artiste en Ontario français, et je reconnais l’influence que le journal Le Droit a eue dans ma carrière, réplique-t-il. Si on me chicane parce que je suis un francophone fier, qui a décidé de faire quelque chose pour survivre, pour le journal le plus important de l’Ontario français... Ils me chicaneront, crisse ! »

Dans la région d’Ottawa et Gatineau, Le Droit est le dernier journal à publier dans la langue de Molière.

La crise de la presse écrite a eu raison de L’Express en 2016 et de La Revue en septembre dernier.