Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le député William Amos a été filmé nu pendant la période de questions.
Le député William Amos a été filmé nu pendant la période de questions.

Le député Will Amos «nu» lors de la période de questions à Ottawa

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le député libéral de Pontiac, William Amos, s’est retrouvé dans l’embarras mercredi en soirée, alors qu’une capture d’écran le montrant debout, le sexe caché par son téléphone, entre les drapeaux du Canada et du Québec, a circulé sur Twitter.

L'existence de la capture d'écran avait d'abord été révélée par la Presse canadienne, qui en avait obtenu une copie.

Par courriel, son adjoint a transmis une déclaration écrite de M. Amos dans laquelle il indique qu’il s’agissait « d’une erreur malheureuse. »

« Ma vidéo a été allumée accidentellement alors que je me changeais en vêtements de travail après avoir fait du jogging. Je m'excuse sincèrement auprès de mes collègues de la Chambre des communes pour cette distraction involontaire. De toute évidence, c'était une erreur honnête et cela ne se reproduira pas », a-t-il commenté.

Une capture d’écran du député William Amos

La whip du Bloc québécois, Claude DeBellefeuille, s’en est plainte immédiatement après la période de questions, sans nommer le député.

Elle a rappelé que le président de la Chambre des communes a répété à de nombreuses reprises, depuis le début de la pandémie, «l’importance de respecter le décorum et le code vestimentaire».


« Je pense qu'aujourd'hui on a battu un record puisque, lors de la période des questions orales, on a pu voir un député dans son plus simple habit, c'est-à-dire nu. Il faut peut-être rappeler aux députés, surtout masculins, que la cravate et le veston sont obligatoires, mais aussi le chemisier, le caleçon ou le pantalon »
La whip du Bloc québécois, Claude DeBellefeuille

«C’est un petit rappel à l’ordre. On a vu que le député est en grande forme physique, mais je pense qu’il faut rappeler aux députés de faire attention et de bien contrôler sa caméra», a ajouté Mme DeBellefeuille.

Le président, Anthony Rota, a par la suite remercié la députée pour ses «observations» et a précisé qu’il n’avait pas vu la scène.

«Je me suis informé auprès des techniciens et ils ont effectivement vu quelque chose. J’aimerais donc rappeler aux députés d’être toujours vigilants lorsqu’ils sont proches d’une caméra et d’un microphone», a indiqué le président Rota.

Dans une déclaration écrite, M. Amos a tenu à s’excuser à ses collègues de la Chambre des communes pour ce qu’il décrit comme une «distraction involontaire».

Le whip en chef du gouvernement, Mark Holland, a soutenu qu’il allait rappeler aux députés de son caucus de faire très attention lorsqu’ils sont à proximité d’une caméra d’ordinateur.

«C’est un avertissement pour tout le monde. Il faut vraiment toujours prendre pour acquis que cette caméra est allumée et s’assurer de toujours être habillé de manière appropriée», a soutenu M. Holland lors d’une brève entrevue avec La Presse Canadienne.

La formule du Parlement hybride permet à la grande majorité des députés de participer aux travaux de manière virtuelle. Seules les personnes connectées à l’appel de la période de questions auraient pu voir la scène inusitée lors de la séance de mercredi.

– Avec Claudia Blais-Thompson, Le Droit