L'école secondaire Hormisdas-Gamelin pourrait être agrandie et accueillir jusqu'à 300 élèves supplémentaires si Québec donne son feu vert l'an prochain.
L'école secondaire Hormisdas-Gamelin pourrait être agrandie et accueillir jusqu'à 300 élèves supplémentaires si Québec donne son feu vert l'an prochain.

Le CSSCV veut agrandir l'école secondaire Hormisdas-Gamelin

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Un projet d'agrandissement de l'école secondaire Hormisdas-Gamelin pour y accueillir 300 élèves additionnels fait partie des nouvelles demandes d'ajouts d'espaces qui viennent d'être acheminées à Québec par le Centre de services scolaire au Coeur-des-Vallées (CSSCV). La facture est évaluée à 65 millions $.

L'organisation a annoncé mercredi qu'à l'issue de la toute première rencontre de son conseil d'administration, une liste de cinq demandes a été dressée pour le ministère de l'Éducation, dont celle d'agrandir sa principale école secondaire, dont la clientèle est de 1470 élèves. L'établissement du secteur Buckingham a été construit au début des années 70.

«C'est un projet majeur, qui devient nécessaire car à un moment donné, la pression au primaire, on va la retrouver nécessairement au secondaire aussi. Avec des spécialistes en architecture, on a évalué la capacité d'accueil de l'école et le constat que l'on voyait déjà à l'oeil est rapidement devenu un constat officiel. Il y a vraiment un manque de place flagrant. Et il ne faut pas penser juste aux classes, il devra probablement y avoir un nouveau gymnase, une cafétéria agrandie et des blocs sanitaires en nombre suffisant», explique le directeur général, Daniel Bellemare.

Maternelle 4 ans, CPE et pédiatrie sociale au même endroit

Le CSSCV réitère également sa demande pour qu'une école primaire de 12 classes entièrement dédiée à la maternelle 4 ans soit érigée sur son territoire. L'an dernier, on projetait une construction sur un terrain aux abords d'Hormisdas-Gamelin, sur la rue Maclaren Est. Ce projet est désormais évalué à 15 millions $ puisqu'il a été bonifié.

«On pense que ça pourrait être un projet très novateur, car oui, il y aurait de la maternelle 4 ans, mais on veut aller plus loin. On veut un concept qui permettrait d'y joindre un CPE et un centre de pédiatrie sociale. On voit un partage des services, une forme de synergie intéressante. Les spécialistes et les enfants pourraient passer d'un bâtiment à l'autre. Je pense que ce serait un concept pas mal unique au Québec», dit-il.

Après avoir mordu la poussière lors de la plus récente annonce d'investissements et d'ajouts d'espaces en août dernier, lors de laquelle Québec a entre autres injecté 58 millions $ pour la construction de deux écoles ailleurs à Gatineau, le CSSCV revient à la charge en souhaitant l'agrandissement des écoles du Sacré-Coeur (11 classes et un gymnase), dans le secteur Masson-Angers; ainsi que Saint-Coeur-de-Marie, à Ripon (4 classes et un gymnase). 

À LIRE AUSSI: Investissements de 58 M$: 2 nouvelles écoles primaires à Gatineau

La future école primaire de L'Ange-Gardien pas prête avant 2023

Le centre de services scolaire caresse aussi le projet de reconstruire l'école St-Pie-X, à Papineauville, sur les terrains de l'école secondaire Louis-Joseph-Papineau. Le nouvel établissement, si le feu vert est donné, comprendrait 14 classes. Plutôt que d'agrandir l'établissement comme souhaité au départ, on souhaite l'ériger sur ce nouvel espace.

«On y construirait aussi des locaux pour nos classes d'aide, qui sont actuellement à l'école St-Michel, à Montebello. Ça libérerait donc de l'espace là-bas, on a donc retiré notre demande d'agrandissement pour cette autre école. Selon les chartes du ministère, ça nous coûte moins cher de rebâtir une école de ce type-là que d'agrandir deux écoles. 

Le CSSCV affirme que le besoin d'ajout d'espace est important à certains endroits sur son territoire puisque la capacité d'accueil maximale a été atteinte dans une majorité d'écoles. Le tout pourrait permettre d'éviter des transferts involontaires d'élèves vers des écoles qui ne sont pas dans leur secteur. On anticipe que 400 nouveaux enfants s'ajouteront au cours des cinq prochaines années sur le territoire.