Jim McCarter, vérificateur général de l'Ontario
Jim McCarter, vérificateur général de l'Ontario

Le coroner de l'Ontario se penchera sur les décès liés à ORNGE

François Pierre Dufault
François Pierre Dufault
Le Droit
Le Bureau du coroner en chef de l'Ontario a annoncé, mercredi, la création d'un comité d'experts chargé d'examiner les décès qui pourraient avoir un lien avec le service de transport par ambulance aérienne d'ORNGE.                
L'équipe du Dr Andrew McCallum a déjà examiné un certain nombre de décès et conclu qu'aucun d'entre eux ne semblait avoir eu un lien avec les problèmes qu'a connus l'agence plongée au coeur d'une controverse depuis l'automne dernier.
Depuis, d'autres décès sont survenus et le scandale entourant la gestion de l'organisation parapublique a pris de l'ampleur.
Le Bureau du coroner en chef a donc décidé de recenser tous les décès connus qui se sont produits du 1er janvier 2006 et le 30 juin 2012, et qui suscitent des préoccupations pertinentes. Le nombre exact de décès qui feront l'objet de l'examen n'a pas encore été finalisé.
«Nous espérons mieux comprendre les circonstances des décès au sujet desquels des problèmes liés au transport par ambulance aérienne ont été soulevés, et, s'il y a lieu, formuler des recommandations visant à rendre le transport par ambulance aérienne mieux adapté aux besoins des personnes gravement malades et blessées», a déclaré le Dr McCallum dans un communiqué.
ORNGE fait l'objet d'une dizaine de plaintes de familles de patients décédés. Des documents obtenus par le Toronto Star montrent que l'agence a déjà eu pour pratique de retarder le décollage de ses hélicoptères tant que des ambulanciers sur le terrain n'étaient pas parvenus à la scène d'un accident pour confirmer le besoin d'un transfert aérien. L'organisation cherchait ainsi à limiter le nombre de ses sorties.
En mars, un rapport du vérificateur général de la province, Jim McCarter, a démontré qu'ORNGE se trouvait au centre d'une véritable toile d'araignée de compagnies privées qui auraient permis à l'ex-président Chris Mazza et à sa garde rapprochée de se soustraire à la surveillance du gouvernement pour détourner des millions de dollars.
ORNGE reçoit 150 millions $ par année du gouvernement provincial. L'agence gère une dizaine de bases aériennes, dont une à l'aéroport d'Ottawa.