Le fédéral a annoncé jeudi à Ottawa qu’il verse un montant allant jusqu’à 5 millions $ sur trois ans à Ross Video.
Le fédéral a annoncé jeudi à Ottawa qu’il verse un montant allant jusqu’à 5 millions $ sur trois ans à Ross Video.

Le CNRC verse 5 millions$ à Ross Video

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
En forte croissance et oeuvrant dans plusieurs pays du globe, l’entreprise d’ici Ross Video vient de recevoir le plus important soutien financier jamais versé dans le cadre du Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI) du Conseil national de recherches du Canada (CNRC).

Le fédéral a annoncé jeudi à Ottawa qu’il verse un montant allant jusqu’à 5 millions $ sur trois ans à la compagnie spécialisée dans la conception et la fabrication d’équipements à la fine pointe de la technologie servant à la vidéodiffusion d’événements en direct.

Relativement peu connue du grand public, Ross Video emploie plusieurs centaines de personnes et exporte 95% de ses produits.

La compétitivité dans ce marché étant très féroce, cette subvention servira à financer des travaux de recherche et développement qui permettront de moderniser la technologie utilisée dans les vidéos diffusés partout dans le monde.

À terme, l’entreprise croit que le tout se traduira également par une hausse du nombre d’emplois, entre autres à son usine située à Iroquois, à 100 km au sud de la capitale fédérale, ainsi qu’à ses bureaux sis dans le secteur Nepean.

«Ross Video, c’est tout le matériel, que ce soit les serveurs, les processeurs, les routeurs, les réseaux derrière, pour que lorsqu’on s’assoit devant son téléviseur dans le salon, on puisse regarder notre match de soccer, de tennis, de hockey ou un concert, par exemple, avec une qualité irréprochable. [...] Ça ne se voit pas aux yeux du public, mais les grandes chaînes de télévision en Amérique du Nord ou en Europe utilisent ce matériel pour diffuser leur contenu en direct», a imagé le conseiller en technologies pour le PARI-CNRC, Grégory Fruchet. En 2018-2019, 31 entreprises d’un océan à l’autre ont profité d’un soutien financier de ce programme géré par le CNRC.