Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le chantier du futur centre national de conservation, qui abritera des artefacts remontant aux premières civilisations canadiennes à Gatineau, a été inauguré mercredi.
Le chantier du futur centre national de conservation, qui abritera des artefacts remontant aux premières civilisations canadiennes à Gatineau, a été inauguré mercredi.

Le «chantier des 25 millions d’artefacts» est lancé à Gatineau

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le chantier du futur centre national de conservation, qui abritera des artefacts remontant aux premières civilisations canadiennes à Gatineau, a été inauguré mercredi. Le projet de 42 millions$ doit être complété d’ici 2023.

L’échéancier de l’imposant chantier n’a pas échappé à la pandémie de COVID-19. «Il est certain qu’on avait un calendrier plus ambitieux lors de l’annonce il y a un an et demi», explique le député de Gatineau et secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité, Steven MacKinnon. Selon lui, le nouveau calendrier de la construction de ces nouvelles installations de Parcs Canada est «très réaliste».

Le contrat fédéral a été confié à l’entreprise Pomerleau. Le chantier est situé au 555, avenue des Entreprises.

On prévoit y installer plus de 25 millions d’artefacts provenant de partout au pays. Il s’agira entre autres de pointes de flèches vieilles de 11 000 ans, de costumes, de meubles, de tissus, et d’autres objets archéologiques comme des fragments de céramique, des éclats de verre de fenêtre, des clous ou des fossiles ayant une valeur historique.

Le député de Gatineau et secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité, Steven MacKinnon

Le député MacKinnon rappelle que cet édifice de 8 200 mètres carrés sera le deuxième immeuble fédéral carboneutre en sol gatinois. Le premier, qui doit voir le jour en 2022, est le second pavillon construit derrière l’actuel Centre de préservation de Bibliothèque et Archives Canada, sur le boulevard du Carrefour.

«On devient un pôle d’archivage au Canada, mais aussi à travers le monde en ce qui concerne la préservation d’archives et d’artefacts, vante M. MacKinnon. Il n’existe pas d’endroits semblables ailleurs.»

Le nouveau centre national de conservation sera équipé d’une salle d’exposition et des salles réservées à l’observation, mais la principale utilité du bâtiment est bien plus vaste. «Ce n’est pas nécessairement réservé au grand public», explique M. MacKinnon. L’endroit sera surtout utile aux chercheurs et spécialistes ayant des besoins très précis.

L’accès au centre de conservation sera contrôlé, et quiconque voudra accéder aux précieux objets devra expliquer le sérieux de sa démarche.

Depuis des années, les experts affirment que les collections d’artefacts de Parcs Canada sont en danger parce qu’ils sont entreposés dans des endroits qui ne sont pas conformes aux normes modernes pour la sauvegarde et la préservation.