Le candidat au leadership du PLQ, Alexandre Cusson, entouré des anciens députés de la région Norm MacMillan et Alexandre Iracà, qui l'appuient dans la course.
Le candidat au leadership du PLQ, Alexandre Cusson, entouré des anciens députés de la région Norm MacMillan et Alexandre Iracà, qui l'appuient dans la course.

L'avenir de l'Outaouais ne doit pas être décidé par «une petite gang à Québec», dit Cusson

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Le candidat à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ) Alexandre Cusson affirme que «le plan de l’Outaouais» doit provenir des gens de la région et non «d’une petite gang à Québec».

Interrogé dans le cadre d’une visite à Gatineau vendredi, M. Cusson a affirmé que «l’Outaouais a besoin de mesures spécifiques» à sa propre réalité, tout comme «l’ensemble des régions» de la province.

Alors que les libéraux ont perdu trois des cinq sièges de la région à l’Assemblée nationale lors des dernières élections, Alexandre Cusson souhaite que «les intervenants locaux» soient mis à contribution pour établir le plan de match du parti dans la région en prévision du prochain scrutin.

«Ce qu’il faut faire, c’est de mettre en place des forums, des espaces pour discuter avec les leaders de la région, entendre les leaders de la région nous dire ‘nous, on voudrait que Québec travaille là-dessus en premier chez nous’, a-t-il mentionné en mêlée de presse. [...] Le plan de l’Outaouais, il doit d’abord venir de l’Outaouais, pas d’une petite gang à Québec qui sait ce qui est bon pour vous, mais des gens sur le terrain ici.»

Alexandre Cusson estime par exemple que des efforts doivent être faits pour élargir l’offre en éducation postsecondaire dans la région. «Sur toute la question de la carte des programmes proposés par l’université ici à Gatineau, il y a du travail à faire, a-t-il dit. Il faut soutenir l’université pour élargir la carte de programmes, mais aussi lui permettre de compétitionner avec l’université qui est juste de l’autre côté de la frontière.»

Appui d’anciens élus

Deux anciens députés de Papineau, Norman MacMillan et Alexandre Iracà, étaient présents pour offrir leur appui à M. Cusson dans la présente course à la chefferie au sein des troupes libérales.

Ancien ministre responsable de la région, M. MacMillan indique avoir choisi d’appuyer l’ancien maire de Drummondville en raison de l’importance qu’il accorde aux «spécificités» des régions. Il estime également que si les libéraux souhaitent regagner les trois sièges perdus dans la région aux dernières élections, le PLQ doit «se réorganiser». «Ça commence par un nouveau chef, un nouveau chef qui vient de l’extérieur», croit M. MacMillan.

Alexandre Iracà a lui aussi vanté la sensibilité de M. Cusson pour les différentes réalités régionales. «Ça fait partie de son ADN», a mentionné l’ancien député de Papineau qui a été défait par le ministre Mathieu Lacombe aux dernières élections.

La course à la chefferie du PLQ, qui oppose M. Cusson à la députée Dominique Anglade, prendra fin le 31 mai prochain.