L'autoroute 5 sera prolongée jusqu'au chemin Shouldice.

L'autoroute 5 presque achevée

L’échéancier pour la construction de la troisième et dernière phase du prolongement de l’autoroute 5 se précise. Une nouvelle qui suscite beaucoup de réjouissance dans le nord de l’Outaouais.

Le ministre provincial des Transports et député de Pontiac, André Fortin, a confirmé au Droit que le début des travaux est prévu pour 2020. Trois ans après la première pelletée de terre, les automobilistes seront en théorie en mesure de circuler l’autoroute 5 dans son entièreté, soutient le ministre.

Le nouveau tronçon ne fait pas deux kilomètres et permettrait à l’artère importante de se rendre jusqu’au chemin Shouldice. Même si l’autoroute demeurera à l’intérieur des limites de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, ça demeure une nouvelle fort réjouissante pour la MRC voisine de la Vallée-de-la Gatineau.

« C’est un projet d’infrastructure majeur qui va favoriser notre développement. Ça va permettre de renforcer les liens entre la Vallée de la Gatineau, la Ville de Gatineau et Ottawa », lance d’entrée de jeu la préfète, Chantal Lamarche, lorsque questionnée sur la réalisation de la troisième phase du prolongement de l’autoroute 5.

Mme Lamarche croit que l’achèvement de l’autoroute 5 facilitera les déplacements vers la Haute-Gatineau et permettra d’accroître les déplacements dans la région. Un plus grand achalandage devrait bénéficier autant aux commerces locaux qu’à l’industrie touristique, poursuit la préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau.

La préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, soutient que le prolongement de l’autoroute 5 sera complété en 2023

En octobre 2014, lors de l’inauguration du dernier tronçon complété de la 5, la ministre responsable de l’Outaouais et députée de Gatineau, Stéphanie Vallée, soulignait que cette infrastructure routière diminuait les temps de déplacement et favorisait l’arrivée de familles au nord de la région. « Ils peuvent continuer de travailler en ville et habiter dans des secteurs ruraux où il y a beaucoup de terrains disponibles à des prix abordables. Pour les jeunes familles, c’est un plus », disait Mme Vallée.

La préfète Chantal Lamarche partage ce point de vue et se réjouit d’ailleurs que le gouvernement du Québec ait continué de faire progresser ce projet.

Enjeu de sécurité
Tant Mme Lamarche que son homologue de la MRC des Collines, Caryl Green, soulignent que le nouveau tronçon de l’autoroute 5 permettra de régler un enjeu de sécurité routière pour la région. C’est l’intersection entre le chemin Maclaren et la route 105 qui permet de poursuivre vers la Haute-Gatineau — après la fin actuelle de l’autoroute 5 — qui serait notamment problématique. Mme Green affirme entre autres que plusieurs poids lourds circulent à cet endroit et qu’il faut « prendre une grande côte pour arriver aux feux de circulation ».

« C’est certain que ça va aider à la circulation, poursuit Caryl Green. Les touristes vont pouvoir aller dans la Valle de la Gatineau plus facilement. Si on peut développer le tourisme dans cette MRC, c’est bon pour tout le monde. »