Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) pourrait envoyer des échantillons dans un hôpital de Montréal afin d’accélérer les analyses de recherche de parasites.

Laboratoires débordés: le CISSSO en quête de solutions

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) pourrait envoyer des échantillons dans un hôpital de Montréal afin d’accélérer les analyses de recherche de parasites.

Le directeur des services professionnels du CISSSO, le Dr Guy Morissette, a confirmé l’existence du retard dénoncé mardi par l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) pour l’analyse de certains spécimens en microbiologie.

Le syndicat a notamment fait état de quelque 1500 spécimens de parasites en attente d’analyse depuis mai 2017, de même que d’un retard dans le traitement des prélèvements pour détecter des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS). L’APTS déplore que les équipes de technologistes médicaux soient incomplètes, ce qui n’aide pas à répondre à la demande.

Le Dr Morissette affirme que dans le cas des parasites, le problème ne touche pas que l’Outaouais. 

Il souligne également que dans bien des cas, l’analyse n’est plus pertinente après un certain nombre de jours ou de semaines, si les autres analyses (des prises de sang, par exemple) demandées par un médecin permettent d’établir un diagnostic.

« Les médecins n’ont pas le réflexe d’annuler l’analyse de parasites, [...] alors on demande en ce moment aux médecins qui ont demandé et qui attendent des rapports pour des parasites si c’est toujours pertinent », a indiqué le Dr Morissette.

Des discussions sont aussi en cours avec un hôpital de Montréal « qui s’est spécialisé dans la lecture des parasites », a fait savoir le Dr Morissette, ce qui pourrait permettre au CISSSO d’y envoyer des spécimens afin d’accélérer leur traitement. Le Dr Morissette précise aussi que l’analyse peut se faire rapidement, dans la région, si le médecin requérant juge que l’état d’un patient représente une urgence.

En ce qui concerne le dépistage des ITSS, le Dr Morissette note que les analyses sont réalisées en une semaine à l’Hôpital de Gatineau, un délai qui peut atteindre un mois au laboratoire de l’Hôpital de Hull. 

Le CISSSO aimerait donc voir les échantillons être analysés aussi rapidement à Hull qu’à Gatineau.