Pour contrer la progression de l'agrile du frêne, Montréal a acheté un nouvel insecticide.
Pour contrer la progression de l'agrile du frêne, Montréal a acheté un nouvel insecticide.

La Ville de Gatineau s'attaque à l'agrile du frêne

Patrick Duquette
Patrick Duquette
Le Droit
Des milliers d'arbres à abattre et une facture de plusieurs millions. La Ville de Gatineau commence à prendre la pleine mesure des coûts associés à la lutte contre l'agrile du frêne sur son territoire.
L'insecte ravageur a infesté 11 États américains et l'Ontario avant de traverser au Québec, il y a quelques années. Première grande ville affectée de la province, Gatineau a déjà ordonné l'abattage de 260 frênes matures le long des grands boulevards et dans certains parcs urbains.
Mais ce n'est que la pointe de l'iceberg. L'insecte continue de se propager à travers les 15 000 arbres plantés sur les terrains de la Ville, sans être vraiment inquiété. Gatineau essaie un traitement expérimental, mais il ne touche pour l'instant qu'un peu plus de 300 frênes encore sains, choisis parmi les plus majestueux spécimens.
«Il est clair qu'on va perdre plusieurs centaines d'arbres au cours des prochaines années et que ça va coûter plusieurs centaines de milliers de dollars. L'abattage est très coûteux, sans compter qu'il faut récupérer les arbres dans un site situé à l'intérieur de la ville. Il y a donc des coûts très importants pour les villes de gérer tout cela», explique le maire Marc Bureau.
Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca