Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le secteur des rues Eddy et Laurier
Le secteur des rues Eddy et Laurier

La STO veut être plus «compétitive» dans le secteur du pont des Chaudières

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La Société de transport de l’Outaouais (STO) souhaite que ses autobus aient davantage le haut du pavé à l’entrée du pont des Chaudières, dans le centre-ville de Gatineau, et entend prendre les moyens pour y arriver.

Quiconque avait à se déplacer avant la pandémie dans le secteur des rues Eddy et Laurier sait à quel point l’endroit pouvait être cauchemardesque en période de pointe. Une étude sur la mobilité publiée par Le Droit, en 2016, démontrait d’ailleurs la nécessité d’agir dans ce quadrilatère jugé «accidentogène» par la firme CIMA+. Au moment de la réalisation de l’étude, une trentaine d’autobus et une soixantaine de camions lourds empruntaient quotidiennement l’intersection. À cela s’ajoutaient près de 400 cyclistes qui tentaient de cohabiter avec les quelque 2000 voitures qui transitaient entre les deux rives par cette intersection aux heures de pointe.

«La situation n’est évidemment pas la même avec la pandémie, mais ça ne nous empêche pas de planifier dès maintenant les solutions d’avenir pour notre réseau, indique Alexandre Meloche-Dorris, porte-parole de la STO. En temps normal, la congestion dans ce secteur est importante et elle a un impact négatif sur nos temps de parcours.»

Le secteur des rues Eddy et Laurier

La STO a publié, vendredi dernier, un appel d’offres pour la réalisation d’une étude qui lui permettra d’identifier les solutions pour améliorer la fluidité de la circulation de ses autobus dans le secteur. L’analyse débordera du quadrilatère problématique et visera aussi le tronçon de la rue Laurier entre l’entrée du pont des Chaudières et la station de la rue Montcalm.

«Nous voulons des solutions pour améliorer notre efficacité et la fiabilité de nos parcours dans ce secteur, ajoute M. Meloche-Dorris. On veut améliorer la compétitivité des autobus sur les voitures. On veut voir ce qu’il est possible de faire dans l’emprise actuelle.» Le porte-parole ajoute que d’importants travaux sont prévus aux Terrasses de la Chaudière dans les prochaines années et qu’ils auront inévitablement un impact dans le secteur. Dans ce contexte, la STO dit collaborer avec le gouvernement fédéral et la Commission de la capitale nationale (CCN) pour s’assurer que les solutions qui seront retenues prennent en considération les éléments perturbateurs.

Les travaux qui seront éventuellement réalisés devront aussi paver la voie au passage du tramway dans le secteur. «Ce que nous mettrons en place prendra en considération le projet à venir», note M. Meloche-Dorris.

Le secteur des rues Eddy et Laurier

En 2016, la directrice du module du développement du territoire et du développement économique de la Ville de Gatineau, Catherine Marchand, précisait que de vastes travaux étaient nécessaires afin de refaire le profilage complet de la rue Laurier, entre Maisonneuve et Montcalm, afin d’en faire une artère urbaine agréable et sécuritaire pour les piétons et les cyclistes. L’étude de CIMA+ proposait à l’époque l’aménagement à moyen/long terme d’une passerelle à l’intersection des rues Montcalm et Laurier afin de sécuriser le réseau cyclable dans le secteur. Cette passerelle apparaît toujours au Plan particulier d’urbanisme.