La nouvelle tarification sociale ÉCHO de la STO entrera en vigueur en janvier 2018.

La STO présente son tarif ÉCHO

Une fois la « paperasse » nécessaire remplie, les personnes à faible revenu qui souhaitent utiliser les services de la Société de transport de l’Outaouais (STO) pourront profiter d’un rabais de 30 %, dès janvier, grâce à une nouvelle tarification sociale baptisée ÉCHO.

La STO, qui avait annoncé en septembre dernier l’arrivée prochaine d’une tarification sociale, en a dévoilé mercredi les modalités. Alors qu’un programme similaire est déjà en place pour les usagers d’OC Transpo, la STO deviendra le mois prochain la première société de transport au Québec à offrir une telle tarification.

Les personnes intéressées à la tarification ÉCHO (pour Équité, Communauté, cHoix et mObilité) devront présenter des documents afin de prouver, entre autres, que leur revenu familial net est sous le seuil de faible revenu fixé par le gouvernement fédéral. Pour 2017, ce seuil est fixé à 17 240 $ pour une personne seule ou encore à 32 596 $ pour une famille de quatre. Ces preuves devront être présentées une fois par année.

Un laissez-passer mensuel ÉCHO coûtera 64 $, soit le même prix que le tarif étudiant. Un passage coûtera 2,60 $ via le porte-monnaie électronique (ou en comptant pour le transport adapté). La STO s’attend à ce qu’environ 3000 personnes fassent une demande pour profiter de la tarification ÉCHO au cours de la première année, et « un peu plus » par la suite, a indiqué la directrice générale du transporteur public, Line Thiffeault.

« La mobilité des gens, c’est un facteur de développement économique extrêmement important et structurant », a souligné la présidente de la STO, Myriam Nadeau, en donnant l’exemple de gens « à la recherche d’un emploi » ou de gens qui « cherchent à s’intégrer ».

La STO mise beaucoup sur les organismes communautaires œuvrant auprès des personnes à faible revenu pour faire connaître le nouveau programme, mais aussi pour qu’un certain accompagnement soit fait afin que la paperasse ne rebute pas ceux qui souhaitent profiter du tarif privilégié.

« C’est certain que c’est quelque chose qui risque d’être un peu compliqué pour certains, reconnaît la directrice générale de Centraide Outaouais, Nathalie Lepage. C’est là que les organismes vont avoir un rôle à jouer. »

À l’heure actuelle, il faut présenter une photocopie de l’avis de cotisation de l’Agence du revenu du Canada et une autre du Relevé du crédit d’impôt pour la TPS/TVH afin de faire valider l’admissibilité au tarif ÉCHO. Des documents différents sont demandés pour les prestataires de l’aide sociale ou les nouveaux arrivants. Tous les documents seront détruits une fois les demandes traitées, note la STO.

« Ce qu’on souhaite, c’est d’être en mesure d’influencer le gouvernement pour faire en sorte que l’avis de cotisation contienne un peu plus d’informations qui vont nous aider à tout de suite établir si les gens sont admissibles », a fait savoir Mme Thiffeault. « Moins il y a de paperasse, plus c’est facile », convient Myriam Nadeau.

Cette dernière a souligné que des évaluations seront réalisées afin de déterminer si des ajustements doivent être faits au programme. Mme Nadeau note par exemple qu’à « moyen terme », l’objectif de la STO sera d’atteindre « un seuil d’équité » entre la tarification sociale et celle pour aînés, qui est inférieure (41 $ par mois).

Davantage de détails sur la nouvelle tarification peuvent être obtenus au sto.ca/echo ou au 819-770-3242. Toutes les demandes reçues avant le 15 décembre seront traitées à temps pour le début janvier, assure la STO.