Le Droit
Son garage de la rue Jean-Proulx, à Gatineau, débordant plus que jamais, la Société de transport de l'Outaouais (STO) attend impatiemment que Québec lui remette la subvention accordée pour l'érection d'un second garage au nord de l'autoroute 50, dans l'est de Gatineau.
Son garage de la rue Jean-Proulx, à Gatineau, débordant plus que jamais, la Société de transport de l'Outaouais (STO) attend impatiemment que Québec lui remette la subvention accordée pour l'érection d'un second garage au nord de l'autoroute 50, dans l'est de Gatineau.

La STO attend son chèque de Québec

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Son garage de la rue Jean-Proulx, à Gatineau, débordant plus que jamais, la Société de transport de l'Outaouais (STO) attend impatiemment que Québec lui remette la subvention accordée pour l'érection d'un second garage au nord de l'autoroute 50, dans l'est de Gatineau. Alors que la capacité maximale des installations actuelles est de 254 autobus, la flotte du transporteur public s'élève à 310 autobus dont 70 articulés.