Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Carole Leclair, directrice générale de Rochef Chocolatier, avec la Grenouille Adorable
Carole Leclair, directrice générale de Rochef Chocolatier, avec la Grenouille Adorable

La Saint-Valentin, une journée payante pour les commerçants même en pandémie

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Ce n’est pas une pandémie qui aura empêché les citoyens de la région de célébrer la fête de l’amour dimanche. Cette édition particulière de la Saint-Valentin aura souri aux commerçants qui, pour certains, ont connu des ventes records.

« On a eu une excellente Saint-Valentin », lance le propriétaire de la chocolaterie Rochef, Roch Fournier. « On est surpris de voir autant de gens parce qu’on ne savait pas trop à quoi s’attendre avec la pandémie. C’est sur qu’on travaille plus dans le haut de gamme, donc on a de la compétition avec les magasins qui vendent du chocolat de la Saint-Valentin à des prix plus modestes. Par contre, on a pratiquement doublé les ventes de l’année dernière. On a eu moins de clients, mais les factures totales étaient plus élevées. Les gens avaient besoin de se faire plaisir. »

Le gouvernement du Québec avait par ailleurs annoncé au début du mois que les commerces non essentiels rouvriraient leurs portes à compter du 8 février partout dans la province. Cette décision du gouvernement aura été payante pour Rochef qui a pu accueillir les clients en boutique pour la première fois depuis l’automne.

« Avec les nouvelles mesures, on a pu rouvrir la boutique en début de semaine. On ne pouvait pas accueillir plus de trois clients à la fois, mais les gens faisaient la file dehors pour se procurer du chocolat. »

Un achalandage monstre a aussi été observé chez les fleuristes gatinois qui ont été pris d’assaut tout au long de la semaine.

« On a été plus achalandé que les autres années », explique Jonathan Boulay de la boutique Fleuriste St-Joseph. « On a battu un record de vente. Disons que ça a super bien été. »

Jonathan Boulay (droite) de la boutique Fleuriste St-Joseph de Gatineau.

« La différence cette année, c’est que les gens s’y sont pris pas mal plus d’avance qu’habituellement. On a été plus occupé durant la semaine que durant la journée de la Saint-Valentin comme telle », poursuit-il.

M. Boulay précise que le commerce n’a jamais fermé complètement, car il était jugé comme essentiel. « On est demeurés essentiels parce qu’on vend des produits vivants, mais c’est sur que la période de la Saint-Valentin, ça fait du bien financièrement particulièrement en pandémie. »

« On accepte les gens en magasin, mais on a aussi mis en place en système de commande prépayée par téléphone. On a loué une fourgonnette et c’est là que se fait la cueillette extérieure. Ça nous permet de limiter l’achalandage en magasin », a-t-il enchaîné.

À la boutique Au centre du party, qui a trois succursales à Ottawa et Gatineau, la Saint-Valentin aura aussi permis de mousser les ventes de l’entreprise, mais moins qu’à l’habitude.

Marlene Brunet de la boutique Au Centre du Party de Gatineau

« C’est sur qu’on voit moins d’achalandage à cause de la pandémie, mais la clientèle est au rendez-vous », raconte Marlène Brunet. « Le fait qu’on ne peut pas se regrouper pour faire des fêtes, c’est sur que ça a un effet sur notre commerce. La Saint-Valentin aide un peu. Il y a quand même une grosse différence avec les chiffres qu’on observe normalement, mais les ventes sont meilleures cette semaine. »

Bien qu’il s’attende à ce que les ventes diminuent maintenant que la frénésie de la Saint-Valentin est derrière nous, M. Fournier est confiant que les affaires reprendront rapidement.

« Noël et Pâques représentent chacun environ 30 % de notre chiffre d’affaires. La Saint-Valentin représente à peu près 10 % des ventes annuelles. La semaine après la Saint-Valentin, c’est toujours plus mort, mais dès le début mars, les gens commencent déjà à venir chercher leurs chocolats pour Pâques. »

Même son de cloche du côté de Fleuriste St-Joseph. « On garde espoir. Ce qui nous aide c’est qu’on a quand même une clientèle régulière, mais on remarque beaucoup de nouvelle clientèle aussi », indique M. Boulay.