La région en bref

Les événements du jour, en quelques mots.
S'approprier la rue
Calas Outaouais
Le Centre d'aide et de lutte contre les agressions sexuelles (CALAS) de l'Outaouais a organisé jeudi la portion québécoise de la marche « La rue, la nuit, femmes sans peur ». Les participantes se sont rassemblées à la statue Maurice-Richard pour ensuite emprunter le pont Alexandra afin de rejoindre des centaines de femmes qui marchaient dans les rues d'Ottawa. La rue représente la liberté, précise le CALAS, et la marche se veut un moment privilégié pour susciter la solidarité et dénoncer la violence sexuelle. Les participantes se sont ensuite réunies à l'Université d'Ottawa pour une foire d'organismes et pour écouter des témoignages.
Mobilisation pour le VIH/SIDA
Gary Lacasse et Sylvain Laflamme
Le Bureau régional d'action sida (BRAS) a tenu jeudi une épluchette de blé d'Inde au Marché public du Vieux-Hull dans le cadre de la Marche action SIDA Banque Scotia visant à amasser des fonds pour lutter contre la maladie. L'activité a aussi servi à sensibiliser la population envers les personnes vivant avec le VIH. Le BRAS Outaouais a comme mission d'élaborer et de promouvoir des actions communautaires visant l'amélioration de la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH/SIDA, et celles touchées par cette réalité. Sur la photo, Gary Lacasse et Sylvain Laflamme, deux responsables de l'événement.
Myriam Nadeau remporte le Prix de la relève municipale de l'UMQ
Myriam Nadeau et Alexandre Cusson, maire de Drummondville
La conseillère gatinoise, Myriam Nadeau, a reçu le Prix de la relève municipale par l'Union des municipalités du Québec (UMQ) pour son implication politique sur le terrain et ses efforts pour favoriser la participation citoyenne. Mme Nadeau devait recevoir ce prix au printemps, mais elle n'a pu se rendre aux assises annuelles de l'UQM en raison des inondations. Mme Nadeau qui présente pour un deuxième mandat aux élections de novembre dans le district de Pointe-Gatineau, affirme que l'un des défis de faire de la politique à un jeune âge de trouver un « équilibre » au quotidien. « Il y a des sacrifices à faire dans les loisirs et dans le temps passé avec la famille, dit-elle. Ce sont de longues heures et ça prend beaucoup de discipline et de rigueur pour faire ce travail de façon soutenue.»