La région en bref

Les événements du jour, en quelques mots.

La Gouverneure générale à L'école Julie-Payette

La gouverneure générale du Canada Julie Payette a rendu visite mardi aux élèves et aux enseignants de l’école élémentaire publique Kanata, qui a été renommée l’école élémentaire publique Julie-Payette. 

La Gouverneure générale, Julie Payette

Des élèves ont eu le privilège de lui présenter leurs projets de robotique, un des programmes caractéristiques de cette école du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO). 

C’est à la suite d’un sondage que l’école a été rebaptisée en l’honneur de Mme Payette et ce, pour son amour des sciences et des arts, deux grandes vocations pédagogiques de l’école, tout comme pour le leadership qu’elle exerce dans l’imaginaire des élèves et du personnel, a précisé le CEPEO.


Hausse des frais de déchets en vue

Le budget préliminaire 2018 a été approuvé mardi par le Comité de l’environnement et de la protection climatique de la Ville d’Ottawa. 

Celui-ci prévoit entre autres une hausse des frais de déchets solides de 2 $ par ménage pour les résidences unifamiliales et de 1 $ par ménage pour les immeubles à logements multiples. 

Les contribuables doivent aussi s’attendre à une augmentation de leur facture des services d’eau et d’égout. Les redevances d’eau potable seront majorées de 4 %, alors que les redevances d’eaux usées seront accrues de 5 %. 

Parmi les initiatives dans les cartons de la Ville en matière d’environnement, notons un projet visant à réduire la consommation énergétique des bâtiments municipaux (1 million $) et le renouvellement du parc de véhicules verts (500 000 $). Le budget devra être approuvé par le conseil municipal le 13 décembre.


Éloges pour des infirmières de l’Outaouais

Une équipe d’infirmières de l’Outaouais s’est vue décerner le Grand prix Innovation clinique Banque Nationale 2017 de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), ex aequo avec un groupe de Montréal/Laval. 

Les deux projets vainqueurs se sont démarqués pour leur contribution à l’avancement de la pratique infirmière et à l’amélioration de la qualité des soins et des services offerts aux femmes vivant une fausse couche et leur partenaire, ainsi que les personnes vivant avec une problématique de santé mentale. 

Le projet de l’Outaouais était dirigé par les infirmières Francine de Montigny et Chantal Verdon, et par l’infirmier Serge Gauvreau. 

Au Québec, on estime que 80 % des femmes vivant une fausse couche se présenteront à l’urgence, soit environ 16 000 femmes par an.