La région en bref

Les événements du jour, en quelques mots.
Une nouvelle école à Aylmer
On a procédé à la première pelletée de terre d'une nouvelle école dans le secteur Ouest d'Aylmer, rue du Raton-Laveur.
L'école abritera quatre classes au préscolaire, 24 classes au primaire, une bibliothèque, trois locaux de service de garde et un gymnase.
Son ouverture est prévue pour septembre 2018.
Ont entre autres participé à cette cérémonie : Johanne Légaré, présidente de la CSPO (Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais), Jean-Claude Bouchard, directeur général de la CSPO, Nadine Peterson, directrice générale adjointe à la CSPO, Mike Duggan, conseiller municipal du district, André Fortin, député de Pontiac, et Mario Crevier, vice-président de la CSPO et commissaire de la circonscription.
60 millions de $ pour le logement social à Ottawa
Près de 60 millions de dollars seront investis, au cours des cinq prochaines années, dans la modernisation de plusieurs logements sociaux à Ottawa.
De nouveaux systèmes de chauffage écoénergétiques seront installés, des appartements seront mieux isolés et on remplacera la fenestration de certains d'entre eux pour ainsi permettre à une clientèle moins privilégiée d'être plus confortable durant l'hiver.
Tout ce programme s'inscrit dans un plan de lutte global écoénergétique et est financé à même les revenus du produit du marché du carbone de l'Ontario.
On sait déjà que le Green Valley Terrace, un immeuble de logements communautaires à Ottawa, en bénéficiera.
Chaîne humaine étudiante
Les étudiants de la Faculté des sciences de l'Université d'Ottawa ont tenté en vain de battre le record mondial du plus long circuit électrique humain, vendredi.
On visait à réunir 1316 personnes pour battre le précédent record, établi en 2015, mais seulement environ 450 personnes sont se présentées.
Tout le monde devait se tenir par la main et les premier et dernier étudiants de la chaîne tenaient tous deux le même bâton muni d'une petite charge électrique dont le courant était diffusé à travers les 450 corps humains.
L'événement visait aussi à conscientiser les participants aux problèmes de santé mentale chez les étudiants, en créant ainsi une chaîne humaine solidaire.