Le plus vaste programme de recherche sur l’Arctique au Canada reçoit d’Ottawa plus de 32 millions $ pour ses cinq prochaines années de travaux.

La recherche dans l’Arctique reçoit un financement de 32 millions$ sur cinq ans

Le plus vaste programme de recherche sur l’Arctique au Canada reçoit d’Ottawa plus de 32 millions $ pour ses cinq prochaines années de travaux.

Louis Fortier, directeur scientifique du réseau ArcticNet, a indiqué mardi que ces sommes seraient utilisées pour mieux comprendre les défis auxquels fait face un Nord en rapide mutation, en raison des changements climatiques et de l’industrialisation.

Le réseau ArcticNet, qui a son centre administratif à l’Université Laval, à Québec, met en lien 30 universités canadiennes et des dizaines de chercheurs avec des habitants du Grand Nord, des ministères, des entreprises privées et des organismes de recherche étrangers.

M. Fortier affirme que la subvention quinquennale de 32 millions $, versée par les Réseaux de centres d’excellence du gouvernement fédéral, est légèrement inférieure à la précédente, mais à peu près au même niveau qu’au moment de la création d’ArcticNet en 2004. Selon lui, cette somme sera au moins triplée par les ressources que d’autres groupes apportent à la recherche scientifique dans le Grand Nord.

«Des solutions techniques pour stabiliser la piste de l’aéroport d’Iqaluit aux programmes de santé au Nunavik, de l’évaluation du risque de forages pétroliers dans la mer de Beaufort à la définition de la frontière entre le Canada et le Groenland dans le détroit de Nares: nous avons répertorié pas moins de 130 cas où les connaissances créées par ArcticNet et ses partenaires ont éclairé les décisions, les actions et les politiques dans le Nord», explique Philippe Archambault, professeur à l’Université Laval et codirecteur scientifique d’ArcticNet.

Jackie Dawson, professeure à l’Université d’Ottawa et codirectrice scientifique d’ArcticNet, explique de son côté qu’au cours des cinq prochaines années, ArcticNet se concentrera sur deux grands axes de recherche: «éclairer le développement durable de l’économie bleue de l’Arctique canadien (navigation, pêche, tourisme et exploitation minière) et renforcer la capacité de recherche et de formation postsecondaire grâce à notre nouvelle initiative «North-by-North»».