La rencontre entre l'ancien premier ministre du Québec Jean Charest, devenu consultant pour TransCanada, et trois commissaires de l'ONÉ chargés d'étudier le pipeline Énergie Est continue de faire réagir.

La pression se maintient sur l'Office national de l'énergie

Dix groupes environnementaux du Québec demandent à l'Office national de l'énergie (ONÉ) de déclencher une enquête sur la rencontre privée entre l'ex-premier ministre Jean Charest et les trois commissaires qui étaient chargés d'étudier le projet d'oléoduc Énergie Est.
Une manifestation est prévue mardi matin devant l'hôtel Delta à Montréal où un comité d'experts nommé par le gouvernement doit tenir deux jours de consultations publiques. Ces consultations font partie de l'exercice de modernisation de l'ONÉ promis par le gouvernement Trudeau.
Les commissaires Roland George, Jacques Gauthier et Lyne Mercier se sont récusés en septembre 2016 après que le National Observer eut révélé l'existence de cette rencontre qui a eu lieu en janvier 2015. Jean Charest était alors consultant pour TransCanada, le promoteur d'Énergie Est. Depuis, le gouvernement a nommé quatre nouveaux commissaires.
L'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et l'organisme Stratégies Énergétiques réclament une enquête sur cette rencontre depuis août 2016. Huit autres groupes environnementaux, dont Greenpeace, ont envoyé une lettre à l'ONÉ la semaine dernière pour appuyer cette demande. Ils réclament également la suspension de l'examen d'Énergie Est tant que l'ONÉ n'aura pas été réformé.
L'ONÉ a annoncé le 27 janvier que les audiences sur Énergie Est reprendraient depuis le début sans spécifier de date. Elles avaient été suspendues dans la foulée de cette controverse.