Le budget total de 330 millions$ du SPO comprend une hausse de 8,5 millions du budget opérationnel par rapport à celui de 2017.
Le budget total de 330 millions$ du SPO comprend une hausse de 8,5 millions du budget opérationnel par rapport à celui de 2017.

La police demande 8,5 millions de plus

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Le budget 2018 du Service de police d’Ottawa (SPO) prévoit un déploiement « accru » des armes à impulsions, le financement d’un « programme de policiers impartiaux », un plan d’action à la légalisation prochaine du cannabis et à la crise des opioïdes et l’examen de la parité hommes-femmes.

Le budget total de 330 millions$ du SPO comprend une hausse de 8,5 millions du budget opérationnel par rapport à celui de 2017.

« Le budget donne lieu à une augmentation nette de la taxation pour les services de police de 12$ par année pour le résident urbain moyen », lit-on dans le projet du budget déposé mercredi à la Commission de services policiers d’Ottawa (CSPO).

Le budget prévoit notamment l’ajout de 25 agents dans des postes de première ligne et d’enquête. Depuis trois ans, le SPO s’est engagé à ajouter 75 agents dans ces deux secteurs.

« (Le budget 2018) reflète aussi les trois grandes priorités opérationnelles que j’ai fixées au début de mon mandat, a mentionné le chef Charles Bordeleau. Celles-ci touchent à des secteurs préoccupant la collectivité, soit les armes à feu et bandes de rues, la violence contre les femmes, et la sécurité routière. »

Les citoyens pourront se prononcer sur le projet budgétaire le 20 novembre, devant le Comité des finances et de la vérification, et au début de la réunion ordinaire de la Commission des services policiers d’Ottawa, le 27 novembre, à l’hôtel de ville.

Le budget doit être adopté par le Conseil municipal le 13 décembre.