L’opération policière s’est déroulée durant quatre jours alors que des agents ont joint les femmes, soupçonnées d’être victimes de traite de personnes, par le biais de petites annonces.

La police à la rescousse

L’unité de lutte contre la traite de personnes du Service de police d’Ottawa (SPO) a mené une opération spéciale durant la semaine des festivités du match de la Coupe Grey qui les a menés dans 11 hôtels de la capitale. Une vingtaine de travailleuses du sexe ont été identifiées, dont deux ont été « immédiatement sauvées de leur situation abusive », a indiqué lundi le chef du SPO, Charles Bordeleau, lors de la réunion de la Commission de services policiers d’Ottawa.

Le SPO continue ses enquêtes en lien avec l’opération effectuée en collaboration avec le Service de police de la Ville de Gatineau. 

L’opération policière s’est déroulée durant quatre jours alors que des agents ont joint les femmes, soupçonnées d’être victimes de traite de personnes, par le biais de petites annonces. 

Un homme prostitué a aussi été identifié par la police durant l’enquête. Les prostituées étaient en majorité d’Ottawa et de Gatineau, a précisé le surintendant Chris Renwick du SPO. 

« La police de Gatineau a un intérêt manifeste et elle nous a accompagnés durant les quatre jours parce qu’il s’agit d’un problème que les deux villes partagent. Des hôtels de Gatineau vivent les mêmes problèmes que ceux d’Ottawa. Il n’y a pas de frontière. C’est bon de travailler ensemble, et nous travaillons avec eux lorsqu’ils mènent de telles opérations », a expliqué le lieutenant Renwick, qui a précisé que les deux femmes sauvées des mains de leur souteneur ont été retournées chez elle.

Certains proxénètes ont été identifiés par les autorités, mais aucune arrestation n’a été effectuée. « La majorité des travailleuses du sexe est plongée dans ces situations de traite de personnes contre leur gré, a indiqué le chef Bordeleau. Même si obtenir leur confiance est un processus long et difficile, nous espérons que les contacts que nous avons établis seront les premières étapes pour qu’elles sortent de ces situations horribles ».

Le lieutenant Renwick a précisé que le SPO mène constamment des enquêtes sur la traite de personnes, mais que la gravité de la situation bondit dans les villes lorsqu’elles accueillent d’importants événements sportifs comme la Coupe Grey.