La municipalité de Weedon, à quelque 55 kilomètres au nord-est de Sherbrooke en Estrie, a pour sa part procédé à quelque 500 évacuations préventives en raison du débordement du Lac Louise.

La pluie entraîne des inondations à plusieurs endroits et certaines évcuations

MONTRÉAL - Le Québec n’échappe pas aux inondations printanières, avec la pluie qui s’abat depuis plusieurs heures sur la plupart des régions.

Pierre Corbin, directeur des opérations chez Hydro Météo, a indiqué lundi que les niveaux d’eau sont particulièrement élevés en Estrie, en Beauce, en Outaouais, en Montérégie et dans la région de Québec.

La pluie et le temps chaud qui arrivera plus tard cette semaine pourraient aggraver certains problèmes, notamment là où il y a toujours de la neige au sol.

La rivière Chaudière est particulièrement problématique, la sécurité civile rapportant des inondations majeures au pont de la route 276 à Saint-Joseph et au pont de la route 112 à Vallée-Jonction, ainsi qu’un débordement important d’un de ses tributaires, la rivière Beaurivage, à Saint-Étienne-de-Lauzon. La Chaudière connaît aussi des débordements, mais moins importants, sur pratiquement toute sa longueur, avec des pointes dans les secteurs de Sainte-Marie et de Scott. Quelques évacuations préventives ont dû être effectuées.

La municipalité de Weedon, à quelque 55 kilomètres au nord-est de Sherbrooke en Estrie, a pour sa part procédé à quelque 500 évacuations préventives en raison du débordement du Lac Louise.

Les abords de la rivière Saint-Charles, en amont de la rivière Lorette dans la région de Québec, sont aussi aux prises avec des inondations qualifiées de moyennes, selon la classification du ministère de la Sécurité publique.

Selon Environnement Canada, de 25 à 40 millimètres de pluie étaient attendus avant lundi soir, particulièrement dans l’axe allant de l’Estrie à Charlevoix.

Plusieurs cours d’eau demeurent en situation d’inondation mineure, selon la Sécurité publique, notamment la rivière des Mille îles à Terrebonne, le Lac Maskinongé à Saint-Gabriel-de-Brandon, la rivière Noire à Sainte-Émélie-de-l’Énergie, la rivière des Trois-Pistoles, la Rivière du Loup, la rivière Ouelle à Saint-Joseph-de-Kamouraska et la rivière Nelson à Québec.

Selon M. Corbin, si les prévisions météorologiques s’avèrent exactes, plusieurs cours d’eau devraient continuer à enfler dans les prochaines heures. Les rivières qui étaient sorties de leurs lits ces derniers jours, avant de retourner dans leurs tracés, devraient encore une fois déborder.

Évidemment, les rivières Chaudières, Beaurivage et Saint-Charles sont sous haute surveillance, entre autres.

De son côté, la Sécurité civile dit assurer une surveillance constante, avec l’aide d’experts, notamment ceux d’Environnement Canada. Des conseillers sillonnent le territoire pour prêter main-forte aux municipalités.

Thomas Blanchet, porte-parole pour la sécurité civile au ministère de la Sécurité publique, indique que la fin de la pluie ne signifiera pas la fin des risques d’inondations.

«Il y aura encore de la pluie lundi, après lundi il devrait y avoir des températures chaudes qui vont favoriser la fonte de la neige aux endroits où il y a encore de la neige, ce qui devrait également favoriser la hausse des niveaux d’eau ou le maintien», a-t-il dit.

En cas d’inondation, la Sécurité civile presse les citoyens de respecter les consignes des autorités et de ne prendre aucun risque qui pourrait menacer leur sécurité.

À Sainte-Marie-de-Beauce, un quinquagénaire a péri jeudi soir dans le sous-sol inondé de sa résidence. La cause de sa mort n’est pas encore connue.