Les maires de la MRC de Papineau ont entériné mercredi soir leur tableau de priorités pour la région en vue du scrutin du 1er octobre prochain.

La MRC de Papineau dévoile sa «liste d’épicerie»

À l’aube de la campagne électorale provinciale, la MRC de Papineau a dressé sa «liste d’épicerie».

Les maires de la MRC de Papineau ont entériné mercredi soir leur tableau de priorités pour la région en vue du scrutin du 1er octobre prochain. Les élus ont uni leur voix et ciblé une quinzaine d’énoncés qui seront acheminés au cours de l’été aux candidats des différents partis provinciaux.

Parmi les grandes lignes du document, les prermiers magistrats de Papineau réclament notamment, au chapitre de la sécurité publique, «le maintien et la consolidation» du poste de la Sûreté du Québec situé à Papineauville afin de maintenir les services, effectifs et infrastructures en place. Le préfet de la MRC de Papineau, Benoît Lauzon, a mentionné que cette requête visait à prévenir «plutôt que guérir».

«On sait qu’il y a des fusions de territoires au niveau de la Sûreté du Québec. Avec l’arrivée de l’autoroute 50, ça prend maintenant trois quarts d’heure pour partir de Lachute vers notre territoire. On ne veut pas perdre notre poste de police. Ça fait quelques années que des investissements sont censés être faits dans notre poste. Le conseil des maires a déjà demandé l’agrandissement du poste de police. Aujourd’hui, on l’exige. On veut avoir des investissements dans notre poste de la Sûreté du Québec qui a besoin d’amour. Le gouvernement doit entretenir ses bâtisses et donner un espace de travail acceptable pour offrir le service», affirme M. Lauzon.

Toujours au niveau de la sécurité publique, la MRC de Papineau demande la reconnaissance par Québec de la formation des pompiers dispensée sur son territoire. Les maires souhaitent également une application uniforme des mesures mises en place par le ministère de la Santé et des Services sociaux en matière de couverture de service ambulancier, dans le but de garantir le maintien des services actuels et d’améliorer le temps de réponse.

En termes d’enjeux liés à l’aménagement, aux ressources naturelles et à l’environnement, le gouvernement régional demande «le financement requis» pour permettre la caractérisation des milieux humides et des zones inondables à l’intérieur de ses frontières. L’assouplissement des règles en ce qui concerne la gestion des territoires incompatibles à l’activité minière fait aussi partie du document.

Du côté du transport, les premiers magistrats exigent la mise en place d’un plan de redressement du réseau routier supérieur afin, entre autres, de financer un éventuel réseau de piste cyclable dans la Petite-Nation.

Une bonification du Fonds de développement des territoires et des cibles pour le développement économique et le développement du milieu se retrouvent aussi sur la liste de souhaits des 24 maires.

Benoît Lauzon a indiqué qu’un document complet et précis des priorités serait publié au cours des prochaines semaines. «On va travailler à ce que les candidats prennent des engagements en lien avec notre liste d’épicerie. [...] Il faut s’assurer que la population de notre MRC connaisse les priorités pour que les candidats en entendent parler [durant la campagne]», a-t-il indiqué.