La ministre des Affaires municipales du Québec, Andrée Laforest
La ministre des Affaires municipales du Québec, Andrée Laforest

La ministre des Affaires municipales se réjouit pour les contribuables qui profiteront d’un gel de taxes

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Loin de remettre en question le choix de certaines villes de geler les taxes pour 2021 grâce aux centaines de millions de dollars versés par Québec pour aider les municipalités à éponger les déficits engendrés par la pandémie de COVID-19, la ministre des Affaires municipales du Québec, Andrée Laforest, se réjouit plutôt pour les contribuables qui en profiteront.

«Si ces municipalités sont en mesure de le faire, tant mieux, a-t-elle lancé en entrevue avec Le Droit. Si ces villes sont en mesure d’équilibrer leur budget avec les montants qu’on donne et qu’elles sont capables d’offrir un gel de taxes à leurs citoyens, c’est vraiment très positif. On ne souhaite vraiment pas que les villes augmentent les taxes à cause de la pandémie. On souhaite vraiment que ces montants aillent aux citoyens. C’est d’abord à eux qu’on a pensé. Comme gouvernement, on tente de bien accompagner les municipalités dans cette pandémie et tant mieux si des municipalités accompagnent bien leurs citoyens, c’est la roue qui tourne.»

À Gatineau, qui vient de recevoir plus de 30 millions $ pour éponger les pertes liées à la pandémie, geler les taxes, même en période économiquement difficile pour de nombreux contribuables, représenterait une hérésie pour le maire Maxime Pedneaud-Jobin. Le maire a d’ailleurs senti le besoin de prendre la plume et de s’adresser directement aux citoyens sur sa page Facebook, lundi, en fin d’après-midi, pour expliquer sa position, alors que plusieurs de ses homologues ailleurs dans la province songent à décréter des gels de taxes. Montréal, Laval, Longueuil, Saguenay et plusieurs autres municipalités l’ont déjà annoncé ou affirment y réfléchir sérieusement. À Gatineau, le maire souhaite maintenir le cap sur une augmentation de 2,1 % des taxes municipales en 2021. 

«Certaines villes ont décidé de geler leurs taxes cette année, elles estiment que c’est à l’avantage de leurs citoyens, mais chez nous, à Gatineau, ce serait une très mauvaise idée», a soutenu le maire sur sa page Facebook. Chiffres à l’appui, il mentionne qu’un gel de taxe représenterait une économie de 5 $ par mois pour le contribuable résidentiel moyen à Gatineau, mais que «collectivement» cela signifierait une perte de revenus de 11,5 millions $ par année et de 115 millions $ sur dix ans. 

Le déficit d’entretien dans les infrastructures évalué à 1,3 milliard $, les dépenses nécessaires liées à la gestion des pluies diluviennes et la pression qui s’accentue sur des services comme le déneigement rendent le scénario du gel de taxe impossible à Gatineau, estime le maire Pedneaud-Jobin. 

«Le choix de Gatineau est donc de refuser le gain politique à court terme pour faire un meilleur choix à long terme, conclut le maire à la fin de son message Facebook. Nous haussons les taxes de manière raisonnable et responsable. Durant les trois dernières années, nous avons haussé les taxes de 2,1 % [2,9%  par année de 2013 à 2017], les hausses les plus faibles depuis la fusion.»

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

Convaincre sur Facebook

La publication du maire a mené à une centaine de commentaires d’internautes en moins de 24 heures. Plusieurs ont critiqué le scénario privilégié par le maire et remis en question ce choix. M. Pedneaud-Jobin n’a pas débattu avec les citoyens qui l’interpellaient, mais des membres de son cabinet n’ont pas hésité à répondre aux citoyens à coups d’exemples, de chiffres et de rappels des besoins en infrastructures. 

«Au lieu de laisser miroiter aux gens qu’il est possible de geler les taxes sans conséquence, ce qui est de la pensée magique, il [le maire] préfère agir en bon gestionnaire et dire la vérité, je sais que c’est dur à avaler, mais c’est ça», a entre autres écrit son conseiller Patrick Robert-Meunier. «Un maire, un leader, c’est élu pour réaliser un programme qu’il a proposé à la population et que la population a accepté en l’élisant, a-t-il lancé à un autre internaute. Sauf que la job d’un leader, c’est aussi d’expliquer à sa population pourquoi certaines décisions ne font pas de sens pour l’intérêt collectif.»

Le conseiller Mike Duggan est le seul autre élu à être intervenu sur la page du maire et c’était pour l’appuyer. «Un gel de taxe soudain et imprévu signifie des réductions non planifiées dans notre offre de service ou une augmentation de la dette, a-t-il écrit. Nous terminerons ce mandat comme prévu dans la trajectoire actuelle (peut-être une augmentation plus modeste, mais pas un gel), et laisserons les électeurs décider l’année prochaine.» Aucun élu du conseil ne fait campagne actuellement pour réclamer un gel des taxes en 2021.

Le fondateur de la Ligue d’action civique, Frédéric Lapointe, a pour sa part encensé la décision du maire Pedneaud-Jobin de vouloir maintenir la hausse des taxes en 2021. «Les municipalités qui gèlent les taxes avec l’argent COVID démontrent qu’ils sont des gouvernements inférieurs, a-t-il écrit. Je salue votre décision et son argumentation. Je souhaite à vos électeurs de se rendre compte qu’ils ont sous la main non seulement un maire, mais un homme d’État.»