Malgré des débuts difficiles, un vent d’optimisme souffle sur les stations de ski. Les conditions devraient s’améliorer bientôt notamment grâce aux canons à neige.

La météo joue les trouble-fête

Alors que les vacances de Noël débutent pour plusieurs, la température a donné du fil à retordre à certains centres de ski et de glisse de la région. Mais malgré tout, parents et enfants devraient pouvoir profiter de ces activités au cours des deux prochaines semaines.

Les cinq stations de ski alpin de la région de l’Outaouais seront ouvertes. Cependant, ce ne n’est pas l’entièreté des domaines qui seront skiables. En effet, si l’on regroupe les cinq stations de ski de l’Outaouais, soit le Mont Cascades, le Mont Sainte-Marie, le Camp Fortune, Ski Vorlage et le Sommet Edelweiss, seulement 39,8 % des pistes sont ouvertes. Le manque de neige et la présence de glace expliquent ces données alors que la région a été fouettée par le verglas et la pluie de dame Nature la semaine dernière.

Cependant, un vent d’optimisme s’est fait ressentir lorsque Le Droit a discuté avec Dave Saunders, directeur général de Ski Vorlage.

« Les conditions aujourd’hui [dimanche] sont bonnes, dit-il. La température est froide donc ça nous permet de continuer de faire de la neige et ça devrait se poursuivre au cours des prochains jours. »

Même son de cloche du côté du Mont Cascades, qui étrangement a été en mesure d’ouvrir une piste supplémentaire en fin de semaine.

Alors que les prévisions météorologiques des prochains jours s’annoncent plus clémentes, notamment avec du soleil, de la neige et des températures se situant aux alentours de -8 °C, M. Saunders croit que le nombre de pistes skiables pourrait augmenter pendant la période des Fêtes.

« On prévoit ouvrir une piste de plus pour le 26 décembre et deux ou trois pistes supplémentaires au début janvier », souligne-t-il.

La situation est un peu moins rose pour les amateurs de ski de fond. La Commission de la capitale nationale (CCN) a dû fermer la quasi-totalité de ses pistes samedi en raison de sentiers inondés. Dimanche, seulement 12 pistes sur un total de 51 (23,5 %) étaient praticables.

Cependant, « les conditions sur les promenades sont bonnes », a souligné la CCN sur son site Internet dimanche.

« La base est dure et glacée avec une petite accumulation de neige qui crée une belle glisse. »

La CCN invite d’ailleurs les fondeurs à faire preuve de prudence.

« Le ski est rapide. Les sentiers qui n’ont pas été travaillés mécaniquement peuvent être glacés. »

Situation complexe

L’ouverture des pistes de glissade sur tubes au Domaine de l’Ange-Gardien n’a pas eu lieu tel que prévu samedi dernier. Les pistes étant trop glacées, le domaine a dû retarder son ouverture.

« Avec la pluie de vendredi dernier, il y avait de l’eau sur nos pistes et là avec le froid, tout a gelé, explique la propriétaire Julie Deschamps. C’est de la glace vive, c’est sûr que ça glisse super bien, mais c’est dangereux. On essaie de ramasser le plus de neige possible pour mettre sur les pentes pour que ça soit moins glacé. »

Selon Mme Deschamps, les glissades devraient être accessibles à compter du 26 décembre.

En ce qui concerne la patinoire du canal Rideau, elle est toujours fermée, mais pourrait bien ouvrir d’ici deux à trois semaines.

« Notre équipe a commencé à inonder la surface de la patinoire pour faire épaissir la glace, indique la CCN. En général, la saison de patinage débute dans les premières semaines de janvier. L’épaisseur de la glace doit atteindre au moins 30 centimètres pour supporter le poids des gens. »

+

LA GLACE DONNE DU FIL À RETORDRE AUX TRAVERSIERS

L’entreprise des Traversiers Bourbonnais s’est vue dans l’obligation de suspendre ses activités de façon temporaire, dimanche matin, en raison d’une accumulation importante de glace sur la rivière des Outaouais.

Alors que le service de traversiers reliant Cumberland à Masson-Angers a été interrompu dès 8 h dimanche matin, la directrice adjointe des Traversiers Bourbonnais, Hélène Hayes, a indiqué que le tout reviendrait en ordre pour 18 h dimanche soir.

Finalement, le service a repris deux heures plus tôt que prévu, soit à 16 h.

Les employés de l’entreprise ont dû poser des bois de bout pour retenir la glace en amont et ainsi créer une voie navigable.

Les Traversiers Bourbonnais ont dû interrompre leurs activités durant quelques heures dimanche.

En 20 ans, c’est la première fois que les Traversiers Bourbonnais doivent suspendre leurs activités en raison d’une accumulation importante de glace au mois de décembre. « C’est la deuxième fois, mais ce n’est jamais arrivé au mois de décembre, précise Mme Hayes. C’était au mois de février et nous avions dû fermer pendant trois jours. »