Plusieurs personnes ont tenu à être présentes à la célébration marquant le 25e anniversaire de la Maison de naissance de l’Outaouais, vendredi.

La Maison de naissance souffle 25 chandelles

La Maison de naissance de l’Outaouais a célébré ses 25 ans d’existence, vendredi, en compagnie de mères qui ont eu recourt au soutien d’une sage-femme durant la grossesse, à l’accouchement et pour le suivi postnatal.

L’organisation compte 14 sages-femmes qui procurent soins et services aux femmes qui veulent accoucher de façon naturelle.

En 2018-2019, 238 femmes ont donné naissance avec le soutien d’une sage-femme en Outaouais. En général, 83 % des accouchements ont lieu à la Maison de naissance de l’Outaouais, 10 % à domicile et sept pour cent dans un centre hospitalier accompagnée d’une sage-femme.

Jeanne et Esther, deux sœurs et jeunes mamans, encensent le service personnalisé que procure la sage-femme pendant la grossesse, à l’accouchement et pour le suivi après naissance.

Esther a choisi d’être accompagnée d’une sage-femme pour ses trois derniers enfants après avoir été, dit-elle, insatisfaite des services médicaux et de son suivi lors de sa première grossesse en 2010.

« Je ne connaissais pas les sages-femmes à l’époque. J’ignorais que ce service existait », a-t-elle expliqué, déplorant sa mauvaise expérience avec les suivis hospitaliers.

C’est par la suite qu’elle s’est renseignée sur les services des sages-femmes. Sa première expérience fut un succès.

« C’est certain que je voulais avoir un suivi sage-femme après avoir vécu la différence entre les deux (suivi médical et suivi sage-femme). La question ne se posait pas. Pour moi, c’est la qualité des soins. Quand j’avais mes rendez-vous de suivi, c’était plus complet. On pouvait répondre à toutes mes questions et aussi à mes inquiétudes. On avait le temps de jaser. La sage-femme prenait le temps de développer un lien avec moi. Elles sont beaucoup plus accessibles tandis que les médecins sont souvent occupés, ils n’ont pas beaucoup de temps, ils ont beaucoup de patients », a continué Esther, précisant qu’une sage-femme possède autant de connaissances médicales qu’un médecin en la matière, est très professionnelle et assure un suivi plus personnalisé.

Pour Jeanne, la grossesse n’est pas une condition médicale en soi, mais quelque chose de naturel.

Elle a eu deux accouchements avec l’aide d’une sage-femme, un à la Maison de naissance de l’Outaouais et l’autre chez elle.

« Ça s’est très bien passé, dans notre intimité. On s’était créée vraiment un petit cocon avec de la musique. C’est se mettre dans notre bulle. Je pense que c’est super important. Ce sont de belles expériences. Je ne changerais rien », a-t-elle raconté.

La Maison de naissance de l’Outaouais sur l’avenue Gatineau est pourvue d’équipements à la fine pointe dans un environnement moderne.

« Nous offrons un suivi complet, a précisé Parvin Makhzani, responsable des services sage-femme à la Maison de naissance de l’Outaouais. Les femmes nous appellent une fois qu’elles sont enceintes de quelques semaines. On commence donc le suivi prénatal, on donne des cours prénataux, on les accompagne jusqu’à la naissance (...) et on assure le suivi postnatal jusqu’à six semaines après l’accouchement. »