Sylvie Bourbonnais montre les robes disponibles à Amanda Serre.

La magie des Fées de l'Outaouais

Encore cette année, grâce à de généreux donateurs, les Fées de l'Outaouais permettent à plusieurs finissantes du secondaire d'aller à leur bal de fin d'études.
Quelque 25 jeunes femmes ont eu l'occasion samedi de se choisir sans frais une robe, des chaussures et des accessoires afin de ne pas manquer cette étape marquante de l'adolescence. 
Ces étudiantes n'ont pas les moyens financiers de s'acheter le tout alors que la facture peut facilement s'élever entre 500 $ et 1500 $.
« Les filles sont très reconnaissantes. C'est vraiment le fun pour elles de pouvoir vivre ça. C'est une étape importante dans la vie. Ça fait cinq ans qu'elles sont au secondaire et qu'elles travaillent fort pour arriver à cheminer dans la vie. Cette étape du bal, et d'être pareille comme les autres, est très importante pour elles. On leur offre cette même possibilité », a expliqué la présidente de l'organisation, Isabelle Carbonneau.
Elles pourront aussi se faire coiffer et se maquiller grâce à des coupons-cadeaux d'entreprises de la région qui donnent des produits et services aux Fées.
« Les gens se rendent compte que c'est important. Ce sont les jeunes filles de demain », a souligné Mme Carbonneau, parlant de l'importance de la philosophie de donner au suivant.
« C'est la vision des gens quand ils ont fait le don. C'est de donner plusieurs vies à une robe et de rendre plusieurs jeunes filles heureuses. Et, ce n'est pas évident pour une jeune fille de donner sa robe. C'est sa robe d'un jour, d'une princesse. Je leur lève mon chapeau. Elles ont un grand coeur. Elles acceptent de donner au suivant et d'en faire profiter d'autres jeunes filles », a noté Mme Carbonneau.
Les futures diplômées, qui sont recommandées aux Fées par les directions d'écoles, s'engagent d'ailleurs à remettre les emprunts afin que d'autres jeunes femmes qui n'ont pas les moyens financiers puissent en profiter l'année suivante. 
Une des futures diplômées était bien heureuse de pouvoir profiter de cette opportunité qui lui permettra d'aller à son bal, quelque chose qu'elle n'aurait probablement pas pu faire, faute de moyens financiers.
« On sent que les gens ne jugent pas, ici. C'est fait pour ça. Je ne suis pas la première, et je ne serai pas la dernière à participer », a-t-elle raconté.
« C'est un peu un honneur d'être ici. Je pourrai profiter de mon bal, et être vraiment belle, même si je n'ai pas les moyens d'avoir une aussi belle robe », a-t-elle ajouté.
Pour une deuxième année, des garçons ont aussi pu bénéficier de l'engagement des Fées de l'Outaouais.
« Ce sont nos jeunes filles et nos jeunes hommes de demain. On veut les propulser dans le monde du travail, et pour qu'ils soient au même niveau que tout le monde », a fait valoir Mme Corriveau.
Des stylistes étaient présents, samedi, de même que des conférencières. C'est le cas de l'enseignante Julie Leduc qui a donné une conférence pour sensibiliser et inspirer les mères de ces jeunes filles à dégager une image positive, et rayonner pour leur fille.
« C'est important, pour que les jeunes puissent continuer jusqu'à la fin de l'année scolaire avec motivation et confiance en soi », a souligné Mme Leduc.