La France a décerné la Médaille militaire au Franco-Canadien André Louis Duquenne.

La France décore des soldats canadiens

Dans le cadre des commémorations entourant le jour du Souvenir, la France a décidé d’honorer dimanche cinq soldats canadiens qui ont combattu aux côtés des troupes françaises.

La cérémonie a eu lieu au Cimetière militaire nationale de Beechwood, à Ottawa, devant une centaine de militaires canadiens et de représentants de diverses organisations françaises. Il s’agissait de la deuxième cérémonie annuelle du jour du Souvenir de la communauté française de la région de la capitale nationale.

La cérémonie était une façon de rendre hommage aux soldats français morts au combat cette année, mais aussi à tous les alliés français qui servent en opération à travers le monde.

L’État français a décerné la Médaille militaire pour services prestigieux rendus à la France au Franco-Canadien André Louis Duquenne, 59 ans après son départ de l’armée française.

«C’est beaucoup d’émotions que je vis aujourd’hui. De recevoir cette médaille 59 ans plus tard, c’est un bel honneur. Je ne m’y attendais pas. Je me disais que ça allait peut-être venir un jour, mais je ne l’attendais vraiment pas», confie M. Duquenne en entrevue avec Le Droit.

Né en France, M. Duquenne est un ancien maréchal des logis de l’Armée de terre française ayant servi au sein du groupement de l’aviation légère en 1958 durant la guerre d’Algérie. Il a fait son arrivée au Canada en 1962 pour devenir pilote de ligne. M. Duquenne réside toujours au Canada.

Quatre autres soldats canadiens ont été décorés de hautes distinctions françaises lors de cette cérémonie. Le brigadier général Stephen Kelsey s’est vu remettre la médaille de la Défense nationale, échelon Or pour sa participation au sein de la coalition en Irak de novembre 2016 à août 2017 qui veillait au maintien de la paix dans ce pays du Moyen-Orient.

La médaille de la Défense nationale, échelon Bronze, a quant à elle été remise au commandant Francis Lavoie, au capitaine Brendan Alexander et à l’adjudant maître Louis Thivierge, eux aussi, pour souligner leurs actions dans les opérations de maintien de la paix Irak. Cette médaille française est rarement remise à des militaires étrangers.

Cette cérémonie s’inscrivait aussi dans le cadre de la fraternité d’armes qui unit le Canada et la France. De son côté, M. Duquenne se dit surpris que les forces armées des deux pays entretiennent une si bonne relation.

«Je la trouve intéressante cette relation entre les forces armées. La France et le Canada c’est deux mentalités complètement différentes en termes de forces armées. Le Canada est beaucoup plus pacifique alors que la France est beaucoup plus militariste et guerrière. On le voit d’ailleurs à travers le monde. Les Français se battent encore alors que les Canadiens œuvrent plutôt dans le maintien de l’ordre et du pacifisme», raconte M. Duquenne en ajoutant que chaque génération de Français a été impliquée dans une guerre. «C’est peut-être la complémentarité entre ces deux styles qui font du Canada et de la France des si grands alliés.»