La date de pose des pneus d'été remise en question

La loi permettra aux automobilistes québécois de retirer les pneus d'hiver dès minuit, dans la nuit de samedi à dimanche. Alors que la saison froide s'éternise et ne semble pas prête à céder sa place au printemps, certains se questionnent s'il n'y a pas lieu de modifier la date du 15 mars.
Le ministère des Transports du Québec (MTQ) affirme qu'un changement au calendrier n'est pas envisagé. Le climat est très variable d'une année à l'autre et il fallait trancher en fixant les dates durant lesquelles la loi s'applique, plaide le ministère, soulignant à gros traits que cette date n'est pas une échéance. Il est recommandé aux usagers de la route de patienter encore quelques semaines avant de faire la pose des pneus d'été.
«Il fallait mettre une date précise à laquelle les gens peuvent se référer, mais libre à eux de faire le choix le plus sensé et le plus sécuritaire», indique le porte-parole Jacques Nadeau. Certaines années, le printemps s'installe hâtivement. Souvenons-nous de mars 2012, alors qu'un mercure dépassant les 20 °C avait permis d'éclipser des records.
En affaires depuis quatre décennies, le copropriétaire du garage Experts sur roues, Luc Crépeau, croit que le statu quo est la meilleure option. L'industrie et les marchands ont fait pression à l'époque sur le gouvernement pour que la loi entrée en vigueur en 2008 soit encadrée spécifiquement par la période de la mi-décembre à la mi-mars.
«Cette date est bien convenable, ça n'oblige personne à changer ses pneus de toute façon. Moi-même, j'ai un camion 4 roues motrices et si j'installais mes pneus d'été lundi, ça ne changerait absolument rien même s'il tombait 10 cm de neige, mis à part d'être plus prudent si c'est glissant. La neige de printemps fond sur la chaussée aussitôt que le soleil est là. Ceux qui critiquent et disent que les dates devraient être modifiées ne connaissent pas le domaine», lance le garagiste d'expérience.
Ce dernier reconnaît qu'il est toujours délicat de changer ses pneus avant le début avril et que peu de clients ont fixé des rendez-vous pour le faire dans les prochains jours.
CAA-Québec incite également à la prudence pour une question de sécurité routière, mais soutient qu'au-delà de la date suggérée du 15 mars, une date butoir aurait aussi dû être imposée aux automobilistes au printemps.
«Dans la mesure où on allait de l'avant avec un échéancier, on aurait dû prévoir une date limite pour les retirer (les pneus d'hiver). Certains automobilistes les conservent l'été et il est prouvé que c'est dangereux», affirme le porte-parole de l'organisme, Philippe St-Pierre.
Ni le Service de police de la Ville de Gatineau ni la Sûreté du Québec n'étaient en mesure, hier, de dévoiler le nombre de constats d'infraction (283 $) remis depuis le début de l'hiver.
Selon Environnement Canada, il est tombé jusqu'à présent 219 cm de neige depuis le début de la saison à Ottawa, alors que la normale est de 224 cm.