Raphaël Fortin (à gauche) et Raymond Côté du NPD-Québec

La course au leadership du NPD-Québec se transporte à Gatineau

Les deux seuls candidats dans la course à la direction du tout Nouveau Parti démocratique du Québec (NPD-Québec) étaient de passage à Gatineau, samedi, dans le cadre du troisième débat organisé par la formation.

Un premier débat a eu lieu à Montréal, le 25 novembre, un second à Québec, le 2 décembre. Après celui de Gatineau, samedi après-midi au Centre Jules-Desbiens, un quatrième débat se déroulera, en anglais cette fois, au Collège John Abbott à Sainte-Anne-de-Bellevue, dans l’ouest de l’île de Montréal.

La date limite pour devenir membre du nouveau parti politique est le 20 décembre et le premier chef de la nouvelle mouture du NPD-Québec sera choisi le 21 janvier prochain. La formation politique ressuscitée affirme avoir actuellement 500 membres. Les deux candidats à la chefferie parcourent donc le Québec pour se faire voir.

Un orphelin de la vague orange

D’abord, Raymond Côté, un fonctionnaire provincial de 50 ans, porté au pouvoir comme député néo-démocrate fédéral lors de la vague orange de Jack Layton dans Beauport-Limoilou, avant d’être rejeté à la fin de son mandat, comme plusieurs de ses collègues, se ressaie cette fois au provincial, avec l’ambitieuse idée de faire entrer des Néo-démocrates à l’Assemblée nationale dès le prochain scrutin.

«L’image du NPD est toujours très bonne dans la population [...] On va enfin avoir du choix [...] Actuellement au provincial, c’est pas mal l’éloge du vide. Les gens ne votent pas pour un parti parce qu’ils sont motivés, ils votent pour un parti par défaut. Alors y a un potentiel pour le NPD-Québec» explique Raymond Côté. 

Les chevaux de bataille de l’aspirant chef? M. Côté s’oppose au mode de sélection des immigrants qualifiés, une perte sèche pour les pays en voie de développement, pense-t-il, et une perte de talents quand ils ne sont pas reconnus chez nous («C’est un scandale, actuellement, l’entrée des immigrants, ici au Québec. Les gens sont abandonnés et ne sont pas reconnus à leur juste valeur.»)

M. Côté veut aussi mettre un frein à la privatisation des services de santé («Les médecins-entrepreneurs ont le haut du pavé actuellement»). 

Il milite également pour la mise en place d’un revenu minimum garanti et veut transformer l’actuel «système hybride d’assurance-médicaments en un système entièrement public».

La stratégie du long terme

Raphaël Fortin, 37 ans, serveur à l’hôtel Hyatt de Montréal depuis 12 ans, a lui aussi milité du côté du NPD fédéral et fut candidat sur la Rive-Sud de Montréal à deux reprises aux élections de 2008 et 2015 où il a terminé troisième, les deux fois. Il a cependant raté sa chance et ne s’est pas présenté durant la vague orange pour des raisons professionnelles. Un «poteau» a pris sa place...

Apôtre des grandes valeurs néo-démocrates, M. Fortin défend une réforme du mode de scrutin, le revenu minimum garanti et une plus grande liberté pour les députés en poste; il s’inscrit donc en faux contre les lignes de parti rigides.

Contrairement à son opposant qui s’appuie trop sur le NPD fédéral, selon lui, M. Fortin souhaite une indépendance marquée de l’aile québécoise néo-démocrate et une équipe plus jeune.

Quant à ses chances de remporter le prochain scrutin provincial? «Je ne veux pas qu’on ait le pouvoir rapidement, pour la simple et bonne raison qu’il faut apprendre avant de diriger [...] Ça prend des étapes dans la vie.»