Les employés de la coopérative des travailleurs et travailleuses du journal Le Droit
Les employés de la coopérative des travailleurs et travailleuses du journal Le Droit

La coopérative des travailleurs du journal Le Droit voit le jour

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Après 106 ans d’existence, voilà qu’une importante page d’histoire vient de se tourner pour le journal Le Droit. Vendredi midi, les employés du quotidien fondé en mars 1913 ont officiellement formé, en assemblée, la coopérative de travailleurs qui prendra les rênes du journal.

« C’est un jour historique, affirme Patrick Duquette, chroniqueur et président du premier conseil d’administration de la coopérative de travailleurs du Droit. Ça fait plus de 100 ans qu’on existe et c’est la toute première fois qu’on va prendre une forme coopérative. »

La création de la nouvelle entité a été approuvée par une soixantaine d’employés présents en assemblée générale. D’ailleurs, la grande collaboration de ceux-ci dans la fondation de la coopérative permettra de mener Le Droit vers la prochaine étape, c’est-à-dire le virage numérique. « Je pense qu’il y aura beaucoup de yeux rivés vers nous, parce qu’on essaie vraiment un nouveau modèle d’affaires, souligne M. Duquette. Maintenant, c’est de voir si on sera capable de mener ce bateau-là à bon port. »


« Peu importe où le siège social du Droit va se trouver, on va continuer d’assurer notre mission qui est de défendre et de couvrir l’actualité franco-ontarienne »
Patrick Duquette

L’assemblée de vendredi pour la création de la Coopérative des travailleurs et travailleuses du journal Le Droit a notamment permis aux employés de définir les statuts et les règlements de celle-ci. Les membres du premier conseil d’administration de la coopérative ont également été élus par les travailleurs. Ainsi, le premier conseil d’administration se voit composé de Patrick Duquette à la présidence, Sylvie Charette à la vice-présidence, Patrick Dignard au poste de secrétaire ainsi que Patrice Gaudreault à la fonction de trésorier, alors que Jean-Marc Charron et Étienne Morin agiront comme administrateurs.

Alors que le conseiller municipal Mathieu Fleury a déposé une motion, mercredi, pour « encourager Le Droit à collaborer avec la communauté et le milieu des affaires pour trouver des stratégies et des solutions afin de maintenir sa présence à Ottawa et sa couverture de la communauté francophone de l’Ontario », M. Duquette tient à rassurer les francophones d’Ottawa et de l’Ontario.

« Peu importe où le siège social du Droit va se trouver, on va continuer d’assurer notre mission qui est de défendre et de couvrir l’actualité franco-ontarienne, assure-t-il. Ça, ça ne changera pas, même que ça pourrait peut-être se bonifier. »

Le premier conseil d'administration de la coopérative des travailleurs et travailleuses du journal Le Droit est composé de Jean-Marc Charron, Patrice Gaudreault, Patrick Dignard, Sylvie Charette, Patrick Duquette et Étienne Morin (de gauche à droite).

En août dernier, l’ex-propriétaire de Groupe Capitales Médias (GCM), Martin Cauchon, avait placé le groupe sous la protection de la Loi sur les faillites. Une aide financière de la part du gouvernement du Québec avait également été demandée, puis accordée à la hauteur de cinq millions de dollars, le temps que l’entité trouve un repreneur.

Dès ce moment-là, les travailleurs des six quotidiens régionaux de GCM ont rapidement exploré les possibilités de devenir partenaires dans la reprise de l’entreprise en formant une coopérative, un projet qui a finalement été choisi par le gouvernement Legault et qui a vu le jour vendredi pour Le Droit. Les cinq autres journaux du groupe, à savoir, Le Soleil de Québec, Le Quotidien de Chicoutimi, La Voix de l’Est de Granby, La Tribune de Sherbrooke et Le Nouvelliste de Trois-Rivières, ont également fondé leur coopérative respective au cours des dernières semaines.

La question du financement devrait être conclue mercredi prochain, lorsque la transaction pour l’achat de GCM sera officiellement complétée.