Le secrétaire provisoire de Bibli'Outils, Guillaume Philipponneau
Le secrétaire provisoire de Bibli'Outils, Guillaume Philipponneau

La coopérative Bibli'Outils est officiellement créée

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Dans l’ombre du coronavirus, la coopérative Bibli’Outils a officiellement vu le jour jeudi dernier.

Location d’outils, formations, achat de matériaux et exposition, voici quatre volets qu’exploite la nouvelle coopérative dans l’optique d’offrir un service «clé en main» à ses membres.

«Ça signifie beaucoup. Ça part d’un rêve et là on arrive un peu à le concrétiser, lance Guillaume Philipponneau, le secrétaire provisoire de Bibli’Outils. Maintenant, il ne reste plus qu’à déterminer les postes de nos administrateurs sur le conseil d’administration.»

Les membres de Bibli’Outils auront ainsi accès à trois types de formation afin de peaufiner leur savoir-faire en matière de travail manuel.

«C’est vraiment offert à tout le monde, indique Carole Philbert, l’une des membres de la coopérative. Une de nos formations sera basée davantage sur l’entretien immobilier comme par exemple la rénovation d’un trou dans le mur ou encore la pose de céramique tandis qu’une autre sera plus créative. Dans cette dernière, on va plutôt construire des trucs comme des cabanes à oiseaux, des niches pour chien ou encore des bacs à composte. Finalement, on offrira aussi une troisième formation qui visera à revaloriser nos meubles pour ainsi contrer le fait ces derniers se détériorent.»

Ceux et celles qui utilisent les espaces de travail de la coopérative pourront également profiter de l’occasion pour exposer et vendre leurs créations sur place.

«Le but est d’avoir une vitrine qui est celle de nos membres», souligne M. Philipponneau.

Carole Philbert

La magie d’Internet

À l’ère de la COVID-19, les organisateurs ont notamment dû faire usage de la vidéo-conférence afin de tenir leur assemblée générale d’organisation, une pratique qui ne se fait pas habituellement.

«On fonctionne grâce à la magie d’Internet», affirme Mme Philbert en riant.

«C’est spécial de voir naître une entreprise dans ces moments où l’économie est malmenée, a de son côté déclaré le directeur général de la Coopérative de développement régional Outaouais-Laurentides, Patrick Duguay. On veut voir ça comme un signe qu’ensemble, on peut développer des projets qui vont servir à toute la communauté, même quand les temps sont durs.»

«D’un côté, le confinement nous pénalise parce que certaines décisions seraient plus faciles à prendre en personne, mais d’un autre, ils nous facilite la vie parce qu’étant donné que tout le monde est confiné, tout le monde a un peu plus de temps à consacrer au projet, ce qui nous permet d’accélérer un peu le processus», explique pour sa part le secrétaire provisoire de la coop.

Pour devenir membre de la Bibli’Outils, il suffit de débourser une somme de 10$ à la coopérative.

«C’est à vie et c’est remboursable», conclut Guillaume Philipponneau.