Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

La Coop Le Droit: une courte et déjà grande histoire

Éric Brousseau
Éric Brousseau
Directeur général de la Coopérative Le Droit
Article réservé aux abonnés
MOT DE LA DIRECTION / Le 23 décembre 2019, le tribunal acceptait le plan de relance soumis par les Coopératives de l’information, en vue de l’achat de Groupe Capitales Médias, alors placé sous la protection de la loi de la faillite. Un nouveau chapitre de la très riche histoire du Droit commençait. Un nouveau chapitre qui aura été plutôt rocambolesque.

À titre de directeur général de cette coopérative depuis maintenant un an, j’aimerais partager avec vous comment nous avons vécu de l’intérieur ces 12 douze derniers mois. 

C’est le 21 décembre que je suis nommé à la direction générale par le conseil d’administration composé alors du président Patrick Duquette, de la vice-présidente, Sylvie Charette, du trésorier Patrice Gaudreault, du secrétaire Patrick Dignard et des administrateurs Jean-Marc Charron et Étienne Morin. Tout un défi m’attend, mais je suis entouré d’une équipe de gestionnaires exceptionnels : Patrice Gaudreault et Geneviève Turcot dirigent efficacement et rigoureusement l’équipe de la rédaction, Sylvie Charette mène de main de maître l’équipe de la publicité et ma super adjointe Claude Simard s’assure que tout fonctionne.   

Dès janvier, nous nous activons autour du plan d’aménagement de nos nouveaux bureaux qui seront situés au deuxième étage d’une tour située au Village Cartier.  

Les plans d’aménagements avancent bien et les travaux débutent en février. Les coopérants s’affairent au ménage prédéménagement. 

Les deux premiers mois de 2020 sont complétés et les résultats financiers sont alignés sur la planification annuelle. Tout baigne… 

Jusqu’à ce qu’un invité de cinq lettres et deux chiffres débarque et vienne compliquer les choses. La COVID-19 frappe chez nous aussi. Déploiement express des employés en mode télétravail, arrêt des travaux de construction des bureaux... et c’est le calme plat au chapitre des revenus publicitaires ; tout ferme brutalement ! Le confinement s’annonce long, la santé financière de notre nouvelle coopérative est encore précaire, nous devons donc prendre de douloureuses décisions : la mise à pied temporaire d’une vingtaine d’employés et la suspension de la publication des éditions papier en semaine, une première en 107 ans. 

Quelques semaines plus tard, nous commençons à réintégrer certains employés, les travaux de construction peuvent reprendre et nous vidons les bureaux de la rue Clarence, mais une chose demeure ; nous annonçons la fin définitive des éditions papier en semaine. Nos fidèles lectrices et lecteurs devront dorénavant nous lire via nos plateformes numériques, sauf le samedi, car nous maintenons une édition magazine du week-end. Aujourd’hui, on peut dire sans hésiter que cette difficile décision est celle qui permet à notre coop de célébrer son premier anniversaire.  

L’automne se passe un peu mieux, les revenus publicitaires s’améliorent et nous réussissons à les stabiliser. Nous amorçons alors un chantier hyper déterminant pour notre pérennité, soit le déploiement de l’abonnement numérique. 

Selon notre planification prépandémie, cette étape devait être entamée vers la fin de l’été 2021. Nous devons toutefois aller plus vite et toute l’équipe prend les bouchés doubles. 

Sans crier victoire, nous sommes très heureux des premiers résultats. Vous êtes au rendez-vous ! À ce jour, nous avons déjà dépassé les cibles d’abonnements que nous avions planifiées pour la fin 2021. 

Le virage numérique du Droit est bien lancé et c’est grâce à vous, chers lecteurs et lectrices, que tout cela est possible.  

Toute l’équipe du Droit vous remercie de votre engagement et de votre soutien. 

Au cours de cette aventure, nous avons perdu de précieux collègues. 

Certains sont partis à la retraite, d’autres ont choisi d’aller relever de nouveaux défis, tandis qu’un petit groupe a été victime de notre essentielle restructuration. Ces départs survenus pendant la période de confinement ne nous ont pas permis de les remercier à leur juste valeur pour leurs excellents services. 

Je tiens, au nom de tous les coopérants du Droit, à remercier chaleureusement Raymond Bégin, Patrick Dignard, Sylvain Thériault, Anne Lalonde, Sylvie Lefebvre, Raymond Ouellette, Jean Verner, Jessica Roy-Labelle, Vincent Grenier, Nathalie Gougeon, Sandra Turnbull, Hélène Perrier, Jocelyn Thibault, Sylvie Branch et Pierre Jury. 

Je tiens aussi à souligner le professionnalisme et la coopération exceptionnelle des Industries Cama pour la construction de nos locaux, SLBL pour le déménagement, Nadia Bernard pour le design, Vitrerie P. Latreille pour les cloisons vitrées, Groupe Mayer pour l’aménagement de notre magnifique salle de conférences et notre réception,

Le maire de Gatineau et Rotec Outaouais pour le retour de notre superbe table éditoriale. 

Vous nous avez créé un environnement de travail qui prendra tout son sens lorsque nous serons en mesure d’y accueillir nos coopérants.   

Plus largement, tous ceux et celles qui ont cru en notre relance en mode coopératif, qui ont pris un engagement financier et publicitaire afin de rentre tout cela possible, qui ont fait des dons inestimables en argent, vous avez joué un rôle de premier plan pour sauver Le Droit

Vous avez posé un geste concret pour la vitalité de notre région, pour sa démocratie.  

L’avenir est à ceux qui luttent, merci d’avoir lutté avec nous.