La continuité ou du sang neuf à l'Ange-Gardien

Le conseiller sortant Marc Louis-Seize et l’entrepreneur et ancien échevin de la Ville de Masson-Angers, Michel Dambremont, se disputeront une course à deux à L’Ange-Gardien afin de succéder au maire sortant Robert Goulet, qui quitte la barre de la municipalité après huit années de règne.

Marc Louis-Seize, conseiller municipal du district des Arpents-Verts depuis 22 ans et maire suppléant de L’Ange-Gardien depuis huit ans, se propose comme le candidat de la « continuité ». Le maire sortant a d’ailleurs donné publiquement son appui à ce dernier.

« L’engagement que je fais est d’administrer la municipalité avec la même rigueur que les maires avec qui j’ai eu la chance de travailler, soit Gilles Déry, Armand Renaud et bien entendu Robert Goulet », affirme M. Louis-Seize. 

« Nous ne sommes pas une grande ville, on n’a pas des millions à investir donc ce qu’on fait, on le fait sagement et au bon endroit toujours selon la capacité de payer de nos citoyens », ajoute M. Louis-Seize.

De l’autre côté, Michel Dambremont, un travailleur autonome de 56 ans et résident de L’Ange-Gardien depuis sept ans, a déjà siégé comme commissaire scolaire et conseiller au sein l’ex-Ville de Masson-Angers, de 1999 jusqu’à la fusion municipale en 2001. Il souhaite être un maire « avant-gardiste », qui consultera la population lorsque des projets d’investissements majeurs seront abordés.

« Je veux donner une vision municipale et maintenir un équilibre au développement industriel et commercial. Je veux m’assurer que l’argent public soit bien dépensé et investi au bon endroit », dit-il, ajoutant vouloir miser notamment sur la mise en place d’une « communication transparente » avec les contribuables.

Taxes et priorités

M. Dambremont promet un programme avec un congé de taxes pour les contribuables pour les deux premières années de son mandat.  

Marc Louis-Seize avance vouloir maintenir le taux de taxation au plus bas possible, sans chiffrer le tout. « Au cours des dernières années, nous avons toujours augmenté sous le taux d’inflation. [...] Il faudra s’asseoir [avec le conseil] et si nous n’avons pas de projet sur la table qui nécessite des fonds, si on n’a pas besoin d’augmenter les taxes, on ne le fera pas », indique-t-il.

Parmi les dossiers que comptent attaquer de plein fouet M. Dambremont, celui de créer un sentier multifonctionnel qui relierait les rives est et ouest de la rivière du Lièvre fait partie des plans. Dans sa plateforme électorale, ce dernier prévoit également travailler pour l’établissement d’un poste de police satellite de la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais à L’Ange-Gardien. Il veut aussi revoir le dossier de Champboisé, ce site champêtre qui a été acquis en 2011 par L’Ange-Gardien au coût d’un million de dollars payable sur dix ans.

« Il faut vraiment déterminer la vocation de Champboisé. [...] L’investissement doit devenir rentable », affirme le candidat à la mairie. 

S’il est élu, Marc Louis-Seize souhaite pour sa part faire de l’accessibilité à Internet haute-vitesse un cheval de bataille pour un premier mandat. Beaucoup de zones de L’Ange-Gardien sont mal desservies par le service, dit-il.

« Nos citoyens doivent avoir accès à Internet haute-vitesse. Il faut mettre de la pression sur les compagnies afin d’améliorer la couverture du réseau cellulaire » affirme le candidat à la mairie qui s’engage à faire pression sur le député provincial de Papineau, Alexandre Iracà, pour faire progresser la situation.