L’Hôpital de Chicoutimi.
L’Hôpital de Chicoutimi.

La centralisation a causé des morts dans les hôpitaux, dénoncent 700 médecins

Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
QUÉBEC - Pas moins de 700 médecins issus d’une cinquantaine de centres hospitaliers brisent «l’omerta» et interpellent le ministre de la Santé, Christian Dubé : ils exigent de pouvoir prendre des décisions eux-mêmes sur le terrain parce que la centralisation a causé trop de morts depuis le début de la pandémie.

Dans une lettre obtenue par La Presse Canadienne, ils réclament notamment la nomination d’un administrateur local dans chaque hôpital, à l’instar de ce qui a été fait d’ailleurs dans les CHSLD à la suite de la crise du printemps dernier.

En entrevue téléphonique, le porte-parole du Regroupement québécois des médecins pour une décentralisation du système de santé, le Dr Vincent Bouchard-Dechêne, a expliqué que les professionnels des soins ne peuvent même pas décider de mettre un mur entre deux sections d’un hôpital afin d’éviter des contaminations.

Ils doivent s’adresser au CIUSSS, à un gestionnaire qui pourrait n’avoir jamais mis les pieds dans le bâtiment et qui pourrait refuser.

Le Dr Vincent Bouchard-Dechêne assure qu’il pourrait donner un grand nombre d’exemples dramatiques de gens qui sont morts en raison de ces blocages. Il dit toutefois que l’omerta règne encore dans le réseau.

Les médecins ne demandent pas une autre réforme de structures comme celle qui a entraîné cette centralisation, menée par l’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette, dans le gouvernement libéral de Philippe Couillard.

Ils demandent plutôt au ministre d’accorder les assouplissements nécessaires, comme le permet la loi, pour que chaque établissement local puisse prendre des décisions et agir.